vendredi 13 avril 2007

Variations kürbiskernölesques #1




Si "Kürbiskernöl" ne vous dit rien, vous connaissez peut-être l'huile de pépins de courge ?
J'ai employé le terme allemand, parce que cette huile est très populaire en Autriche, et en particulier dans le Land de Styrie (Steiermark, le berceau de Schwarzy), qui en a fait sa spécialité (avec une appellation d'origine contrôlée : "Steirisches Kürbiskernöl"). C'est d'ailleurs dans le contexte autrichien que j'ai découvert son existence. Alors qu'en France, elle est très peu connue, sinon comme traitement pour les problèmes de prostate, et qu'elle est souvent consommée sous forme de gélules.

L'huile de pépins de courge n'a rien à envier aux autres huiles pour ce qui est des propriétés bienfaisantes, car elle :
- est riche en acides gras essentiels,
- permet de lutter contre les troubles de la prostate et les infections urinaires,
- est bénéfique pour l'appareil digestif, les reins,
- prévient les caries et les aphtes,
- est recommandée pour la femme enceinte pour son effet reminéralisant,
- a également des propriétés vermifuges.
Il y en a certainement beaucoup d'autres...

L'huile de pépins de courge présente un aspect intéressant : dichromatique, elle apparaît à la fois verte et marron.
Pour ce qui est du goût, elle a une saveur très prononcée de noisette grillée. Je dois dire que j'ai eu un vrai coup de coeur pour cette huile si parfumée. Le problème, car il y en a un, c'est qu'elle supporte mal la cuisson, sa température critique étant de 140 °C (160 °C pour l'huile de tournesol, 210 °C pour l'olive, 220 °C pour l'arachide). On peut la chauffer, mais à feu doux et pas trop longtemps. L'idéal est de l'utiliser comme assaisonnement, pour les salades notamment.
Cette huile se conserve à l'abri de la lumière, et plutôt au frais (je stocke ma bouteille au réfrigérateur). Elle peut se garder 9 mois (voire un an).
Celle que j'utilise vient d'Autriche, mais je suppose qu'on doit pouvoir en trouver dans les magasins bio (sinon, où ???). Je vous encourage vivement à l'essayer, même si elle est un peu chère.
Une astuce : si vous tachez un vêtement avec, ne le lavez pas, mais laissez-le à la lumière du soleil. Il paraît que les taches disparaissent naturellement de cette façon.

Si vous voulez en savoir un peu plus :
Kürbiskernöl - Wikipedia
Steirisches Kürbiskernöl (page en anglais disponible)
kernoel.cc (idem)

Et maintenant, passons à la partie pratique, avec deux idées de recettes avec de l'huile de pépins de courge : une vinaigrette toute simple, et un velouté de patate douce très "nutty".


Vinaigrette à l'huile de pépins de courge



2 c.c. de vinaigre balsamique
4 c.c. d'huile de pépins de courge
sel, poivre

Verser le vinaigre balsamique dans un petit bol, ajouter sel et poivre, et mélanger.
Verser l'huile tout en mélangeant.

J'utilise cette vinaigrette pour une salade composée : feuilles de salade, tomates, mozzarella.
Rien de bien extraordinaire, mais ça change de la très classique balsamique - huile d'olive. Mon poulet a approuvé.


Velouté de patate douce parfumé à l'huile de pépins de courge



Pour 2 personnes

1 patate douce à chair orangée
1 oignon
1 gousse d'ail, coupée en deux et dégermée
1 tablette de bouillon de légumes
80 g de lait concentré non sucré (une petite boîte)
sel, poivre
huile de pépins de courge
huile de tournesol (ou une autre huile neutre)

Eplucher la patate douce.
Couper l'oignon et la patate douce en petits dés.
Faire revenir la patate douce, l'oignon et l'ail dans une casserole avec un peu d'huile de tournesol.
Couvrir d'eau, ajouter la tablette de bouillon et porter à ébullition.
Baisser le feu, couvrir et laisser cuire jusqu'à ce que les légumes soient tendres.
Mixer. Verser le lait concentré et remixer.
Saler et poivrer. Verser un trait d'huile de pépins de courge et mélanger.


Vous voyez les traces vertes laissées par l'huile sur les parois ?

J'ai littéralement craqué pour ce velouté un peu sucré, poivré (oui, parce que j'ai souvent la main lourde sur le poivre, mais en l'occurrence, j'ai bien fait) et si délicatement parfumé. Un véritable concentré de saveurs.
Mon testeur n'y a pas encore goûté, mais je serais vraiment étonnée qu'il n'aime pas. Verdict définitif demain.

***

J'allais oublier : ma môman m'a rapporté ces petites merveilles de Bretagne. Des p'tits bouchons à la pomme, délicieusement fondants.



10 commentaires:

Rosa's Yummy Yums a dit…

Une huile intéressante et des recettes goûteuses à souhait!...

liliy a dit…

Oh oui! Chez moi c'est de l'"huile de sorcière"! J'adore ça! Je fais la même vinaigrette que toi avec du balsamique. Je retiens la bonne idée à tester pour la soupe!

mingoumango a dit…

Rosa : D'autres recettes sont à venir...

Liliy : Pourquoi "huile de sorcière" ??? Ca ne m'étonne pas que tu aimes ça, avec ce petit goût de noisette...

Suiksuik a dit…

ta soupe est fiate pour moi !!! j'adore ! et bien tes bouchons ont l'air bien moelleux ! Veinarde !

Lisanka a dit…

Je me disais que seul un germanophone pouvait être à l'origine de ce billet. Je connais mal la Styrie mais je rêve de m'y arrêter un peu plus ayant beaucoup d'amis à Graz. Cette huile, je ne la connais pas non plus mais je suis très tentée!
Viel Spass noch und bis bald!

$ha a dit…

Une huile miraculeuse, elle me fait envie avec tes recettes!
Et les petites bouchées... miam!

chechia a dit…

Je n'ai jamais goûté, mais tu donnes envie. Et sinon, ta maman, c'est quand qu'elle passe vers chez moi avec ses bouchons aux pommes?

Fabienne a dit…

Je connais cette huile mais je n'en ai encore jamais utilisée !

liliy a dit…

"Huile de sorcières" c'est juste à cause de sa couleur; c'est le nom qu'elle m'a inspiré la première fois que j'en ai vu et depuis ça m'est resté. De l'huile verte, avec un goût pareil, ça ne pouvait qu'être de l'huile de sorcières! ;)

Claire a dit…

Ce velouté est excellent! Par contre mes patates douces avaient la chair blanche, je ne sais pas si ça change le goût?
Et effectivement l’huile est sympa aussi en vinaigrette.