mardi 11 septembre 2007

Le kouign amann pour les nuls (et les feignasses)



Pour ma toute première participation au KiKi (KiKiVeutKiVientKuisiner, 21ème édition), une recette de kouign amann facile et rapide (2h30 au total), idéale pour les nuls, les angoissés, les novices en pâte feuilletée, et les feignasses qui n'ont pas envie d'y passer leur journée. Pas forcément très orthodoxe (présence de beurre doux dans la détrempe, un nombre peu important de tours...), mais bon, c'est la recette d'un chef, alors... Et puis, quand je l'ai vu faire chez Jojo, cela m'a paru relativement simple (ce qui m'a évité LE blocage psychologique...).

Ce qui est bien, c'est que même quand vous croyez avoir tout raté, que vous n'avez pas suffisamment pétri la pâte, que le sucre crisse dangereusement sous le rouleau, que la pâte se troue de partout, laissant échapper le beurre de tous les côtés, que vous essayez tant bien que mal de colmater les trous avec des bouts de pâte, que vous hésitez à tout balancer à la poubelle (là, vous vous dites : adieu pâte feuilletée, croissants, pains au chocolat, galette des rois 100 % maison...), bref, que vous êtes au bord de la crise de nerfs, et que vous décidez tout de même d'enfourner votre machin, vous obtenez un résultat très honorable pour une toute première tentative (bien que le dessus ne caramélise pas, mais ça, c'est sans doute parce que, dans la panique, vous avez oublié d'enduire de beurre avant de saupoudrer de sucre).
Jugez plutôt :



Alors, pour votre deuxième tentative, vous pétrissez longuement la pâte (sur les conseils de Marion), vous l'étalez avec la plus grande précaution, vous n'oubliez aucune étape...
Et là, vous obtenez un kouign amann (celui de la première photo) certes toujours pas parfaitement caramélisé (je l'ai retourné, car le dessous est plus joli), mais néanmoins succulent : bien feuilleté (malgré le peu de tours effectués), tout suintant de beurre...
Crevette, qui est une fervente amatrice de la chose feuilletée (croissants, pains au chocolat, galette des rois, etc), en a englouti un bon tiers à elle toute seule (son verdict : "Honnêtement je le mets en tête de classement, ex-aequo avec les macarons."), et ses parents, qui sont de fins gourmets (et grands gourmands), ont également adoré. Sans parler d'un certain poulet...
Il n'en est pas resté une miette.

Le kouign amann, façon Bernard Rambaud (enfin, plus ou moins - l'original ici)
pour 4 personnes AU MOINS

(en orange : mes modifications et précisions)

70 g de beurre doux
120 g de beurre demi-sel
8 g de levure de boulanger
200 g de farine tamisée (en prévoir également pour abaisser la pâte)
150 g de sucre
1 pincée de sel

Faire fondre 40 g de beurre doux.
Délayer la levure dans 8 cl d'eau tiède en mélangeant bien.
Puis incorporer le beurre fondu.

Disposer 200 g de farine avec une pincée de sel dans un récipient, creuser un puits au milieu, verser ensuite dans ce dernier le mélange de levure et de beurre fondu et l'incorporer progressivement à la farine ("en rabattant cette dernière du bout des doigts vers le centre", si vous voyez en quoi ça consiste, tant mieux pour vous...).
Pétrir soigneusement et longuement (disons un bon quart d'heure) afin d'obtenir une pâte souple et homogène.
Façonner la pâte en boule et la laisser reposer 30 minutes au frais (conseillé par Tit'), recouverte d'un film alimentaire.
Aplatir et façonner à l'aide d'un rouleau à pâtisserie un morceau de beurre demi-sel de 120 g entre deux films plastiques, et mettre au frais également (dans la recette originale, cette étape a lieu après les 30 minutes de repos).

Sortir la pâte du réfrigérateur, l'étendre sur un plan de travail fariné à l'aide d'un rouleau à pâtisserie en forme de disque tout en amincissant les bords.
Disposer ensuite au centre le rectangle de beurre, saupoudrer ce dernier de sucre (en laisser l'équivalent de 3 c.s. pour la suite), puis rabattre les bords du disque vers le centre de façon à recouvrir entièrement le beurre.
Abaisser la pâte en rectangle (et ce TRES TRES délicatement, car c'est là que se joue en partie le destin de votre kouign amann), puis la plier en trois : c'est le "premier tour", la disposer sur une assiette et l'entreposer au réfrigérateur pendant 15 minutes.
Beurrer à mi-hauteur un moule à manqué, puis chemiser la partie beurrée de sucre (environ 1 c.s.).

Au bout des 15 minutes, préchauffer le four à 200 °C.
Abaisser à présent la pâte en carré (là aussi TRES TRES délicatement), puis rabattre les coins vers le centre et retourner l'abaisse dans le moule beurré et sucré.
Presser délicatement l'abaisse du bout des doigts pour bien faire épouser le moule, puis la badigeonner de beurre préalablement fondu à l'aide d'un pinceau, et la saupoudrer de 2 c.s. de sucre.
Laisser reposer 15 minutes à température ambiante, puis glisser le moule dans le four et compter 30 minutes de cuisson à 200 °C.
(Si le dessus n'est pas suffisamment caramélisé, passer sous le grill quelques minutes)

La cuisson terminée, démouler le kouign amann (avant que le caramel ne durcisse).
Déguster tiède-chaud (tiède, ça me semble pas assez).

On peut réchauffer le kouign amann en le passant 30 secondes à 1 minute au micro-ondes.

******

Pour finir, je remercie chaleureusement mon coach, qui, par son soutien téléphonique, ses explications, ses conseils, a rendu tout cela possible ;-)

Et, quand je serai grande, je m'attaquerai à une vraie recette de kouign amann...

******

EDIT du 18 septembre 2007 :

Finalement, je participe au KiKi avec un kouign amann au chocolat.

36 commentaires:

Flo a dit…

Roooo tu es vraiment dure avec toi même, je trouve que tu t'en es sortie comme une chef ! Moi j'ai feinté pour mon Kouign ;-) Bizzz !

Hélène (Cannes) a dit…

Bon, même si ce n'est pas totalement mon truc, le beurre, je dois avouer que tu t'es sortie de l'épreuve avec brio !
Bises
Hélène

Lisanka a dit…

la feignasse que je suis répond présente! C'est trop beau pour être vrai. Ton kouign amann a l'air tellement bon; ta recette m'explose la tête, rien que ça! Il faut que je la fasse à tout prix!

Virginie a dit…

Je trouve que tu t'en es bien sortie ! Un bon apprentissage en tout cas : 2 essais (à suivre ?). Je pense donc que tu es prête à te lancer pour la VRAIE RECETTE (celle de Tit' le breton) :)
N'empêche que moi qui adore le kouign amann je me serais bien tapée une petite part du tien !

Rosa's Yummy Yums a dit…

Un superbe kouign amann! Très réussi!

Je sais bien ce que tu veux dire par "blocage psychlogique" en cuisine ;-P...

Bises,

Rosa

Clairechen a dit…

Nan, mais arrête d'être aussi sévère avec toi comme cela! Il est super réussi ton Kouign Aman!!! Et c'est une Bretonne qui te le dit!! Nom d'un p'tit bonhomme!! ;-)

bergeou a dit…

Je le trouve superbe et il me donne très envie !

Tit' a dit…

Bah ?! Où qu'elle est la recette de feignasse ?! Je cherche, je cherche, je trouve pô !... Pour moi, la vraie recette de feignasse, c'est celle-là :
1- Acheter un billet de train A/R Paris/Quimper, départ avec le premier tain du matin, retour avec le dernier train du soir.
2- En gare de Quimper, prendre le car pour Douarnenez. Une fois à Dournenez, faire les yeux doux à l'autochtone pour qu'il veuille bien indiquer la meilleure boulangerie de toute la ville.
3- Se rendre dans la meilleure boulangerie de toute la ville. Mater à travers la vitrine si le kouign amann est à la hauteur de sa réputation. En acheter un stock conséquent, sait-on jamais, ça peut servir pour amadouer.
4- Prendre la direction de la plage du Tréboul, poser un kouign amann dégoulinant de beurre et de sucre sur le muret de pierre qui domine la plage en plein soleil, sortir son appareil photo numérique, en veillant à bien s'essuyer les doigts tout gras auparavant, chercher le plus bel angle, avec flou sur la plage et eau bleu à l'arrière-plan, et shooter, shooter, shooter, jusqu'à exploser la carte mémoire.
5- Se faire plaisir : déguster le kouign amann chauffé au soleil pour soi tout(e) seul(e) et se dire : "p*** qu'c'est bon !"
6- En attendant l'heure du retour, ronfler sur la plage et oublier les soucis du quotidien. Oublier, oublier, oublier...
7- HAAAAAAA ! Se réveiller, hirsute, en entendant le clocher au loin sonner 16 heures. 16 heures, l'heure du départ du car pour Quimper. Courir à toute allure vers la gare routière en soufflant et crachant ses poumons, cause que les deux paquets de clopes de la veille, ils encombrent.
8 - OUF ! Choper le car pour Quimper à la dernière seconde. Reprendre son souffle, s'excuser auprès du chauffeur parce que le porte-monnaie est vide de chez vide, lui proposer un kouign amann à la place, qu'il refuse parce que, bon, c'est pas qu'il aime pas ça, hein, mais bon, un kouign amann, il peut en bouffer tous les jours, lui, et que le meilleur, c'est pas çui de Douarnenez, mais çui de chez lui, tout là-bas, du côté de Pontivy. Pontiquoi ? Aller s'asseoir au fond du car, parce que, même pas peur, même pas malade dans le car. Finalement, se rendre compte qu'on a encore le kouign amann sur l'estomac et s'en débarasser discrètement dans le pochon conçu à cet effet, et tant pis si c'est criminel.
9- Prendre le dernier train pour Paris en gare de Quimper, encore tout(e) barbouillé(e), d'autant plus écoeuré(e) que les autres kouign amann dans leur pochon embaume la cabine.
10- Patienter près de trois heures le c*** sur son siège, les genoux collés au dossier de devant, pestant contre le manque de place dans ce foutu train, pendant que les agents SNCF remplacent le catener sectionné entre les gares de Redon et Rennes, en pleine pampa, le train plongé dans une nuit noire et sans lune, déprimante.
11- Prier pour espérer trouver un taxi à la gare Montparnasse, à cette heure tardive de la nuit (ou cette heure matinale, c'est selon si on est positif ou négatif), et finalement renoncer à attendre, emprunter un Vélib', les kouign amann toujours aussi dégoulinants et fort odorants accrochés tant bien que mal dans leur pochon pendu autour du cou.
12- Se rendre compte qu'il est bientôt 5h du mat', se dire que dormir ne serait pas bien raisonnable, en se rappelant tout à coup qu'on part en déplacement pour la journée à Grenoble avec le train de 6h30.
13- Se doucher à l'eau froide, histoire de rester éveillé(e) quelques minutes. Se rappeler les kouign amann dans leur pochon, se dire que ça pourrait faire plaisir aux gentils collègues montagnards, se faire un café, déguster un bout de kouign amann et un autre, un autre, se rendre compte que, merde, il est 6h30, que le train pour Grenoble, c'est râté et que, merde, ça leur fera les pieds à ces bouseux de collègues, de toute façon, ils n'auraient pas su apprécier.
14- Téléphoner à sa cheffe pour lui dire qu'on a attrapé une saleté de virus et qu'on pourra pas venir aujourd'hui.
15- Publier un billet édifiant pour le KiKi 21ème édition ayant pour thème le kouign amann, bluffer tout le monde en montrant une photo du meilleur kouign amann du monde en écrivant noir sur blanc : "vous aimez ? c'est moi qui l'ai faiiiit !"
Voilà, c'est ça, une recette de feignasse ! ;o)

Tit' a dit…

Maintenant je me dis que tu as une sacrée façon de faire monter la pression, que Marion doit halluciner devant la bôôôté de ton kouign amann, elle qui m'avouait qu'elle commençait à regretter d'avoir lancé, telle une boutade, le sujet du prochain KiKi durant les festivités d'Aurillac, tellement la bête lui résiste depuis des semaines.
Bah ouais, la trouvaille du sujet de ce KiKi, c'est elle ! ;o)

patoumi a dit…

Oh! alors ça valait la peine de se lever un peu plus tôt dimanche...
Bisou (au chocolat).

marion a dit…

hi hi hi :))) l'élève dépasse le maître :)))) non commre je t'ai dit, c'est finalement à toi de donner des cours de kouign, mes nombreux essais ont été plus que moyens, voir catastrophiques :(
Mon chef à moi c'est gracianne :))
Tu m'en fais quand ? :op

Hilda a dit…

Eh bien je dois dire que même le deuxième a l'air appétissant, et puis moi, le Kouign Amann, en bonne feignasse, je me le fais seulement quand je suis en vacances à Plouha. Sinon je pèserais 100 tonnes à force d'en manger.

Tiuscha a dit…

Bravo ! Mon premier était bien moins réussi...

lavande L&P a dit…

mon boulanger doit être super feignant car son kouign à la même bonne tête que le tien lol

avital a dit…

je le trouve superbe, franchement!! je ne suis pas une experte es KA mais je ne lui trouve aucun défaut au tien! Et sache que pour la caramélisation, certains trichent en préparant un caramel qu'ils versent dans le plat à four avant d'y mettre le KA à l'envers. Cuit et démoulé, qui y voit du feu??

Lauriana a dit…

Wouaw ce kouign est une pure merveille, pour un truc de feingasse en plus! Irrésistible!

sab a dit…

il est terrible

Lolotte a dit…

Pas trop mal ce feuilletage! En tous cas methode de feignasse ou pas, il est toujours plus reussi que ma lamentable tentative!

stef a dit…

tu es dure avec toi même,ton kouig est magnifique!

Gracianne a dit…

Felicitations, un vrai Kouign Amann de pro. Comment ca feignante, tu veux rire?
Des comme ca, y'en a pas beaucoup en dehors de la Bretagne :)

Et en plus tu recoltes un commentaire completement savoureux de Tit', qui rend ce billet encore meilleur a deguster.

Olivier a dit…

Trop beau, trop fort, trop top... Mais je me limite à l'admirer, car je n'aurai jamais le courage de faire ce Kouign Amann...le tien est trop bien ...

Sonia a dit…

Il a l'air super bon et ta photo est magnifique! Mais même la version simplifiée, moi je la trouve drôlement compliquée!

Guillemette a dit…

elle est trop belle ta premiere photo ! et ton kouign a l'air carrement reussi
cela dit ta recette me semble pas si differente de toutes les autres recettes, donc tu fois finalement le kouign c'est pas si long !!
bonne journee!

Grand chef a dit…

Il a l'air parfaitement gras et sucré comme il faut, voyons! ;op

Le kouign, je l'aime en goûter sur la plage bretonne, gardé au chaud dans le papier d'alu, comme ça, en général, avec un peu de chance, un gamin réussit à te mettre du sable dessus et tu le manges pas en entier tout seul.

Le Chat a dit…

Mon mari a presqu'été élevé au kouign-amann de Riguidel, pâtisserie réputée de Quiberon qu'il m'a d'ailleurs faite découvrir pour mon plus grand bonheur... Vais-je oser avec ta recette tenter de rivaliser ? Peut-être bien que oui ;-)

eva a dit…

Quelle patience quand même, mais j'imagine la satisfaction de la dégustation !!

Chrystel a dit…

Toi, tu appelles ça un gâteau de feignasse ? Bah, mince alors, je veux être une feignasse moi. Ton kouign est super super réussi. Bravo
Chrys (la bretonne)

$ha a dit…

Faute de temps, je ne me suis pas lancée. Mais j'en viendrais à le regretter quand je vois tes photos. Un résultat proche de la perfection?

aurélie a dit…

Waouh ! Tu t'es essayée au kouign amann ?! Tu n'en finis pas de m'épater... Moi, j'ai n'ai même pas eu la moindre petite intention de m'y lancer (en même temps, je suis l'inverse de Crevette, tout ce qui feuilleté, beurk :)!)

mimosa a dit…

les mains pleines de beurre, de sucre, la pâte qui colle à la table, les trous je m'en suis sortie! yeahh complètement dégoûtée une fois dans le four je me suis rendue compte que ma levure était périmée :-o résultat pas feuilletée la chose! comme je suis hyper motivée à l'idée de manger une plaquette de beurre j'vais recommencer! naa pas vaincue comme ça nananana! (hors sujet : toujours un plaisir cette musique, vi je sais je me répète!)

Annellenor a dit…

Je n'ai pas encore approché la réalisation de la bête, mais là, tu m'épates, tes photos me font lécher les babines et si c'est pour nulles et feignasses ... pourquoi pas... Mais moi, je ne fais pas le voyage fou de Tit', pire je m'invite chez toi ! ;o)

7_2007,annéecalorique a dit…

Tu sais que j'ai fait une terrible rechute de Kouign. Recette méga feignasse avec pâte à pain achetée dans la super boulangerie en bas de la maison (ou comment motiver 4 cerveaux pour un brainstorming post rédaction de thèse).

Ta recette est toujours aussi impeccable. Et c'est bon aussi de retourner en 2007.

Suis contente pour le boulot, les galettes et les boulettes. Me régale à te lire et me donne confiance pour la suite.

T'embrasse.
E.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Ca me fait drôlement plaisir de relire tous vos commentaires ici, c'est chouette :-)

Emilie : Contente d'avoir des échos positifs de cette recette. Moi aussi, j'aime bien retourner parfois en 2007.
J'espère que tu gardes confiance.
A très bientôt !

Ananim a dit…

Ca fait peut etre une demi heure que je suis sur ton blog. Je suis juste enchantee.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Ananim : Merci ! Ce genre de message me fait toujours très plaisir :-)

Anonyme a dit…

Hello,

Un petit merci d'une Bretonne qui a envie de kouign Amann et qui joue la feignasse ;)

Super recette !