mardi 25 septembre 2007

Crostini aux figues pour égayer un bien pâle septembre



Jours monotones.
Jours studieux.
Jours tristes.

La catastrophe sera peut-être évitée, mais après avoir, en l'espace de quelques jours :

- raté le gâteau d'anniversaire de votre frère, ainsi que votre clafoutis orgasmique préféré,
- perdu votre carte de transport (pour la 2ème fois cette année),
- massacré votre coupe de cheveux (de vos propres mains, parce que sinon, c'est pas drôle),
- entendu votre chef vous expliquer que vous n'êtes qu'une statistique pour le labo,
- fait des kilomètres de boudin,
- réalisé que vous allez bientôt devoir expliquer à un conseiller qu'à trente ans passés, vous ne savez toujours pas ce que vous voulez faire de votre vie et que, parce qu'il faut bien manger, vous seriez prête à faire caissière avec votre bac+8,
- affirmé à votre mère, sans sourciller, que tout va bien, que non, vous n'avez absolument pas besoin d'aide (alors qu'en fait, si), ...

... vous avez un tas de pensées interdites.
Sans parler de ce regard infiniment triste de Jenna, qui vous a bouleversée et qui ne vous quitte plus.

Vous vous dites alors que sans vos (nouvelles) copines de galère, sans le réconfort téléphonique qui vous est prodigué, les mots gentils, les encouragements, sans l'assistance culinaire (et morale, mais cela va de soi) de votre cher et tendre, vous ne vous en sortiriez pas... (enfin, encore faut-il qu'il ne vous empoisonne pas avec du riz cramé, alors que vous arrivez affamée à la maison à 21h, après avoir attendu le bus dans la nuit et le froid pendant une demi-heure, être (enfin) montée dans le bus, puis descendue un arrêt plus loin parce que le chauffeur dit qu'il faut descendre..., puis montée dans le bus suivant un quart d'heure après...)

Crostini aux figues

Couper des tranches de baguette, les passer quelques minutes sous le grill.
Tartiner sur chaque tranche un peu de mascarpone, poser une demi-rondelle de figue, poivrer généreusement et déposer quelques gouttes de mélasse de grenade.

21 commentaires:

marion a dit…

meeeeeeeeeuuuuuuuh :(
viens à la maison, on fera du kouign en écoutant björk !
keep smiling :)

samania a dit…

Ton crostini sent bon l'automne.
Si tu veux, je peux te faire du pain ou de la brioche, ça peut remonter le moral.

Mamina a dit…

Un crostini qui ressemble un peu à celui de Sigrid Verbert (Le chou de Bruxelles) que j'ai publié aussi. J'aime bien l'idée de la mélasse de grande que je ne sais pas toujours bien utiliser!

eleonora a dit…

Miam Miam !!

Flo a dit…

Il te faut bien ça après toutes tes mésaventures !!! Courage la remontée est juste après ;-) Bizzz

Rosa's Yummy Yums a dit…

Ma pauvre! Tout ça n'est pas drôle! Courage et tiens bon! Je compatis avec toi (je suis un peu dans la même situation ;-P)...

Ce crostini est très beau et vraiment appétissant!

Bises,

Rosa

Natalia a dit…

Aïe... je me disais bien que ce long silence n'était pas bon signe.
La figue et le mascarpone, chouette alors, surtout avec la mélasse de grenade. Je vais m'en emporter comme kit de survie à la BnF. On partagera ? Bises

Liliy a dit…

J'espère que ce beau crostini t'aide à retrouver ton sourire! Beaucoup de courage!

Arno a dit…

Je ne connaissais pas ton blog.. Je le découvres.. hop en lien..
Bonne journée
Arno

Tifenn a dit…

C'est pô juste...un tel talent pour tout ça! Si encore c'était possible de se faire "un panier de caissière", ce serait plus supportable? en tout cas, belle tartine!

Hilda a dit…

L'ennui d'être caissière avec bac+ c'est qu'on s'ennuit tellement vite au boulot qu'on veut vite en partir, et puis beaucoup des gens les plus intéressants que je connais ne savent toujours pas ce qu'ils veulent faire, et j'ai 32 balais, alors faut pas t'inquiéter pour ça. Moi je vogue au gré du destin, parce que ce que je voulais faire, c'est pas très facile de le faire en gagnant sa vie raisonnablement ici. Ah oui, encore un truc, j'ai vu un programme aux US avec l'italienne au sourire qui ressemble un peu à un rictus mais qui cuisine bien où elle faisait des crostini avec de la compotée de figues a l'armagnac je crois, des morceaux de pommes, et du pecorino romano, ça avait l'air super bon. Tes crostinis m'y ont fait pensé.

Hélène (Cannes) a dit…

L'assistance de ton cher et tendre est quand même des plus réconfortantes, à ce que je vois ! En te lisant, quelque-chose me vient à l'esprit !
J'aurais un petit truc pour toi, parfaitement adapté à ta recette ... et à d'autres ..., mais pour ça, il faut que tu me dise où je peux te l'expédier.
Aller, gros bisous et courage, ça nous arrive à tous et toutes, ces moments cafardeux !
Hélène

Gracianne a dit…

Tu es une de mes statistiques preferees. Tu veux que je t'apporte un truc bien reconfortant, genre une part de haricots a la graisse d'oie?
Bisous

$ha a dit…

Je prends volontiers ton crostini, pour me remonter le moral... Et si tu veux, je te fais mon fondissim ô choc'. Réconfort sans effort!

bergeou a dit…

On dirait que le moral est dans les chaussettes allez la mangue faut sourire, moi non plus à 30 balais je ne sais pas trop ce que je vais faire dans quelques mois..et puis ces crostinis ont l'air délicieux !

sab a dit…

je te trouve très sage avec ce crostini pour un tel moral!!!!

lena sous le figuier a dit…

Il y beaucoup de bonnes choses autour de toi, c'est bien d'y penser fort quand on a le sentiment que tout va mal...

J'adore les figues, et ta recette simple et bonne, c'est tout ce que j'aime.

patatafrita a dit…

Très belle, la chanson de Camille (et ton crostini aussi) ; par contre, qu'est-ce qu'elle est triste, cette chanson, surtout ne pas l'écouter si état dépressif :)

patoumi a dit…

Septembre est sombre comme tout mais des jours plus lumineux viendront où, l'esprit léger et dégagé de contingences professionnelles (mais pas métaphysiques parce que celles-là, elles sont coriaces), les filles angoissées et maladroites avec la vie soutiront de bonheur.

hinata a dit…

... Le point positif si tu es au plus bas est de se dire que tout ne peux qu'aller mieux. Et puis accorder de l'importance aux petits (minis) bonheurs :)

Claire a dit…

Je viens d’essayer cette tartine mascarpone-figue, c’était très bon, ça nous a beaucoup plu! Je n’avais jamais pensé à cette association.
Par contre, pas moyen de trouver de la mélasse de grenade, que ce soit à l’épicerie asiatique ou au magasin bio... J’ai juste trouvé du jus de grenade, donc je l’ai fait réduire avec du sucre pour tenter d’approcher la mélasse, mais je crois que je l’ai arrêté trop tard: je me suis retrouvé avec du caramel, c’était bon sur les tartines, mais on s’est complètement collé les dents! Heureusement qu’on n’a pas encore de dentier ;-)