vendredi 7 septembre 2007

De l'aptitude au bonheur : verrines de pêches au vin vanillées, crème et sablé breton



L'autre jour, Crevette (ma copine-à-la-vie-à-la-mort, pour ceux qui auraient raté un épisode) et moi étions attablées dans notre QG gourmand préféré, elle devant une part de tarte aux pêches de vigne et romarin, et moi devant un fondant au chocolat (que je déconseille, car bien trop écoeurant avec son glaçage - dans ces cas-là, vous êtes bien contente que votre amie vous fasse profiter de la quasi-totalité de sa part de tarte, les tartes étant une valeur sûre dans cette maison), conversant de choses et d'autres. Elle me fit part de ses impressions sur mon blog, qu'elle visite épisodiquement, et plus précisément de son étonnement quant au caractère exalté (sic) de mes billets. Non pas que j'aie l'air sinistre en général... mais elle me demanda tout de même si mes émotions n'étaient pas un poil exagérées, ce dont je m'offusquai : mais pas du tout, mes émotions sont retranscrites de façon fidèle, et je n'ai pas pour habitude de faire semblant. Par conséquent, quand je ressens un orgasme gustatif, je le décris comme tel.
Comme cela ne se voit pas forcément sur mon visage, on peut être dérouté en lisant mes impressions parfois à la limite de l'hystérie... Car il faut le savoir : sous une expression faciale des plus neutres peut se cacher un bonheur intense.
A ce propos, je lui confiai qu'il m'arrivait souvent de vivre de courts instants d'extase, de plénitude, pour des choses très simples : mon bureau baignant dans la lumière du soir juste avant que le soleil ne disparaisse derrière les immeubles voisins, le paysage qui s'offre à moi quand je traverse la Seine, la vue d'une pêche de vigne, le sifflement des pommes de terre en train de rissoler, la brise légère qui caresse mes cheveux quand je me promène, le parfum de l'être aimé sur l'oreiller...
J'ai une incroyable capacité à m'émerveiller pour des broutilles (et pas uniquement pour la chose alimentaire). Je ne saurais dire si c'est ce que Crevette appelle "l'aptitude au bonheur"...

Pêches au vin vanillées, crème et sablé breton



pour 3-4 verrines

300 ml de vin rosé
100 g de sucre
1 gousse de vanille
3-4 palets bretons
1 pêche blanche
3 petits suisses
3 c.s. de crème fraîche

Fendre la gousse de vanille, gratter les grains, en mettre la moitié dans une petite casserole, avec la gousse, le vin et le sucre.
Porter à ébullition et laisser réduire pendant 20-30 minutes (je n'ai pas chronométré, mais c'était bien plus long que les 10 minutes réglementaires) jusqu'à obtenir une consistance sirupeuse. Verser dans un bol et laisser refroidir.
Dans un grand bol, mélanger les petits suisses, la crème fraîche et le reste des grains de vanille.
Couper la pêche en fines tranches.
Répartir le mélange petits suisses-crème fraîche dans des verrines (4 dans mon cas), de préférence cylindriques et de même diamètre que les palets (ce dont je ne disposais pas, malheureusement) .
Poser un palet par-dessus (comme j'avais des galettes, qui sont plus fines, j'en ai mis deux par verrine).
Ajouter les pêches.
Verser le sirop refroidi.
Mettre au frais une heure au moins avant de déguster.



J'ai trouvé cette recette chez Fanny (Foodbeam), qui l'a elle-même dénichée dans Adventures of an Italian Food Lover de Faith Heller Willinger, et réinterprétée à sa façon. Ses sublimes photos m'ont donné envie de la reproduire à mon tour, mais j'ai un peu honte quand je vois mon résultat par rapport au sien (il faut dire que je n'ai pas été aussi rigoureuse, et que mes verrines n'allaient vraiment pas...). En même temps, si j'avais son talent, ça se saurait...
Une consolation tout de même : ça reste délicieux !

27 commentaires:

Lisanka a dit…

Sublime, c'est le mot!!!!!! J'aime beaucoup les gens qui ont une capacité à s'émerveiller, c'est si rare!

Bises,

Lisanka

marion a dit…

je suis bien contente que tu parles d'orgasme gustatif. Quand je dis ça, on me regarde comme si j'étais une malade mentale ... bande d'handicapés de la sensation !!!!
C'est très bon de s'émerveiller pour des "broutilles", j'essaie de la pratiquer quotidiennement, et ta verrine soit disant ratée aux pêches, je m'extasierai volontiers dessus ;)

Easy kitchen a dit…

je m'emerveille de voir de telles réalisations. j'aime beaucoup ta simplicité et apprécie beaucoup les personnes qui ne sont pas blasées par tout ce qu'il voit... sans parler du morceau de gary jules! bon we

Baluchon a dit…

Une délicieuse pêche de vigne, c'est pas un broutille... c'est extrêmement important :D

Flo a dit…

Dessert "orgasmique", en tout points !

avital a dit…

tu es trop modeste ou je ne sais pas, mais franchement je trouve tes verrines au moins aussi belles que celles de Fanny!

Olivier a dit…

"s'émerveiller pour une broutille"... tant que tu feras cela c'est que tu vivras... c'est la plus belle chose que l'on puisse faire... Il est difficile de comprendre l'extase devant le "sifflement de la pomme de terre"... mais quand on sait l'entendre et le ressentir on tend vers "la sagesse" et "l'absolu" qui nous amène au "bonheur"... magnifique billet...

loukoum°°° a dit…

Il faudra un jour que tu admettes que tu es douée...
Il faudra un jour que je partage une tarte avec toi au Loir...
Il faudra un jour que je teste cette recette...
Il ne faudra surtout pas que tu perdes cette aptitude...

mayacook a dit…

Je ne doute pas que tu n'exagères pas..comment ne pas s'extasier les papilles avec de tels délices...?

im a dit…

ne change RIEN, ni à tes exaltations, ni à tes mélancolies. Les deux sont toujours très bien exprimés, et, d'accord avec olivier, c'est ta manière à toi d'être vivante, et c'est pas mal !

Pauline a dit…

de magnifiques photos, je découvre ton blog et je ne suis pas déçue

Fabienne a dit…

Elles sont sublimes tes photos et ton QG est un lieu que j'adore ... Surtout la salle du haut ...

TotoroKun a dit…

Je m'émerveillait ce soir de mon extase en regardant cuire des courgettes et des carottes luisantes de miel, trouvant que décidément le monde est extraordinaire, et que les couleurs, le son des légumes en train de cuire dans la poêle, l'odeur qui s'en dégage, tout ça fait que je prend un immense plaisir à cuisiner... Alors oui, je comprend tes orgames gastronomiques ;) En plus, j'ai oublié d'en parler sur mon blog (de mes extases à moi), alors voilà, je l'ai au moins dit quelque part.
Et décidémment on se retrouve tous au Loir ;o)
PS : je cherchais une idée pour garnir mes fonds de tartelettes façon palets breton, j'ai trouvé ! Merci.

Natalia a dit…

Verrines divines ! L'idée du petit-suisse et de son côté acidulé-crémeux me met l'eau à la bouche (et pourtant je sors de table...). Mais je te prends encore en flagrant délit de modestie !! Et Crevette a bien raison (et elle te connaît, elle !).
Puisque la BnF est fermée, il va falloir qu'on envisage une petite descente au Loir (ou ailleurs), avant que moi aussi je reprenne le chemin de ladite BnF. Bon WE en attendant...

Philo a dit…

Mais tu as totalement raison de t'extasier pour ce que tu appelles des broutilles. Tellement de personnes gardent au fond d'eux leur ressenti et je trouve ça très dommage.
En tous les cas tes photos sont très belles.
Bises

hinata a dit…

Tu n'as pas à avoir honte,ton résultat est superbe!

gato azul a dit…

Alors là, nous partageons complètement... je m'apporte une pêche sur une jolie petite assiette, pour bien commencer la journée. Plaisir des yeux, plaisir des saveurs et des odeurs. Les broutilles, ce sont des bienfaits, des bénédictions. Bon dimanche.

aurélie a dit…

D'abord, je reste en extase devant ta dernière photo... voilà, ça c'est dit !
Ensuite, Crevette te connaît mieux que personne, donc que moi bien sur, mais moi, je ne ressens pas de décalage entre la mingou du blog et la mingou de la vraie vie... Dis, tu crois que ça s'apprend l'aptitude au bonheur ?! ;-)

eva a dit…

Et si l'aptitude au bonheur se transmettait ?
Tu n'en es pas si loin ....

Liliy a dit…

Merci! Tes exemples de petits instants de bonheur... je vais essayer d'en prendre de la graine! Avec l'automne qui arrive, ça pourrait servir...
J'adore les petits points noirs de vanille sur le blanc de la pêche! C'était mon instant de bonheur du matin... :)

Eleonora a dit…

Moi je suis comme toi, je te comprends, nous sommes des contemplatives. L'odeur du café le matin, le bruit du vent dans les arbres, c'est ça la vie. S'il fallait ne s'extasier que devant un Ipod ou une nouvelle paire de chaussures alors ce serait bien triste. (super tes verrines, qui a dit que tu n'avais pas le talent de FoodBeam ??)

Eleonora a dit…

Ah oui j'oubliais, quelqu'un a dit un jour : le bonheur n'est pas un événement, mais une aptitude. (Walt Whitman).

bergeou a dit…

Vive l'extase et l'aptitude au bonheur !

Lily a dit…

J'adore, c'est splendide et je salive rien qu'à imaginer la texture et le goût que cela doit avoir ! Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!

Gracianne a dit…

Dans une autre vie, tu aurais pu etre une grande mystique peut-etre. L'extase de la peche de vigne, pourvu qu'elle nous suive toute notre vie.

Perrine a dit…

Je le ferais bien demain mais je n'ai pas de vin ;( Penses tu que je peux le faire avec du thé ?
Merci pour la recette en tout cas!

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Perrine : Désolée de répondre si tardivement... Je pense que tu peux effectivement le faire avec du thé, mais quant à savoir quel type de thé et dans quelle quantité...