lundi 6 août 2007

Les tartelettes aux mirabelles de belle-maman




A celles et/ou ceux qui se demandent quel est mon domaine d'étude, je peux donner un tout petit exemple à travers l'intitulé de ce billet. Juste une entrée en matière.
A celles et/ou ceux que ça n'intéresse pas du tout, passez directement à la recette.

En lisant "tartelettes aux mirabelles de belle-maman", vous croyez peut-être que je vais livrer la recette de tartelettes de belle-maman, mais non, pas forcément.
Hors contexte, ce groupe nominal est ambigu et peut s'interpréter de deux façons :
a) soit belle-maman a fait les tartelettes, ou c'est sa recette ("belle-maman" se rattache à "tartelettes"),
b) soit belle-maman n'a fait que fournir les mirabelles ("belle-maman" se rattache à "mirabelles").

Les structures syntaxiques sont totalement différentes (d'ailleurs, la prosodie n'est pas la même non plus) :

Interprétation a :


Interprétation b :

(cliquez sur les images pour les agrandir)

Entre parenthèses, je passe mon temps à étudier et à dessiner ce genre de figures qu'on appelle des "arbres". Mais des bien pires, vous pouvez me croire.

Alors, c'est bien beau tout ça, mais à quoi ça sert ?

Je vous laisse choisir la réponse qui vous plaît le mieux (qui ne concerne évidemment pas cet unique exemple, mais tout le domaine des sciences du langage : syntaxe, morphologie, lexicologie, phonologie, sémantique, etc) :

- Réponse standard : à faire avancer la science et la connaissance.
- Réponse de l'angoissé qui se sent obligé de prouver la légitimité de ce qu'il fait : à développer et améliorer les logiciels de traitement de la langue (correcteurs grammaticaux, traducteurs automatiques, résumés automatiques, moteurs de recherche "intelligents", reconnaissance et synthèse vocales, etc).
- Réponse de celui qui se sent agressé par une telle question : à rien.

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, c'est l'interprétation b qui est la bonne ici : les mirabelles viennent du jardin de belle-maman (et beau-papa) en Lorraine, mais les tartelettes sont de mon fait.

Au départ, il s'agissait de tartelettes "nues", c'est-à-dire qu'il n'y avait que les mirabelles recouvertes d'un voile de sucre.



J'ai trouvé que le tout était un peu sec, alors j'ai ajouté une couche de frangipane entre la pâte et les mirabelles, ce qui améliore grandement le résultat, même si les mirabelles deviennent anecdotiques (ce n'est pas bien grave si on adore la frangipane).

Tartelettes amandine aux mirabelles


pour 4 tartelettes

une trentaine de mirabelles (250 g ? 300 g ?), idéalement 30 (ce qui fait 15 moitiés de mirabelles pour chaque tartelette)

Pour la pâte sucrée (recette de Patoumi ici)
125 g de farine T80 (je ne la retrouvais plus alors j'ai mis de la T65)
15 g de poudre d'amandes
75 g de beurre froid en morceaux (j'ai mis 50 g beurre salé, 25 g beurre doux)
40 g de sucre
1/2 oeuf

Pour la frangipane
50 g de beurre mou
50 g de sucre blond de canne
60 g de poudre d'amandes
1 oeuf
1/3 c.c. d'arôme d'amande amère (comme pour le 1/2 oeuf, débrouillez-vous)

Je laisse Patoumi vous expliquer la confection de la pâte :
"mélanger la farine et la poudre d'amandes puis ajouter le beurre et malaxer du bout des doigts pour obtenir un mélange sableux assez homogène.
Faire un puits.
Mélanger le demi oeuf et le sucre dans un petit bol, mélanger à la fourchette et verser la mixture dans le puits. Amalgamer pour former une boule de pâte. L'entourer de papier film et la laisser au moins deux heures au réfrigérateur.
Au bout de ce temps, foncer les moules et faire cuire la pâte à blanc une dizaine de minutes dans un four préchauffé à 180° (les bords doivent être à peine dorés)."

Pendant que les fonds de tartelette cuisent, préparer la frangipane :
Dans un bol, mélanger le beurre mou, le sucre et la poudre d'amandes.
Incorporer l'oeuf battu, mélanger.
Ajouter l'arôme d'amande amère, mélanger.

Une fois que les fonds de tartelette sont cuits, les garnir de frangipane et recouvrir avec les mirabelles coupées en deux et dénoyautées (15 moitiés par tartelette c'est bien, mais vous aurez remarqué sur la photo que je n'en ai mis que 12, ce qui était insuffisant, c'est pourquoi je dis 15 a posteriori).
Enfourner 30 minutes environ à 180 °C.


L'environnement dans lequel ces mirabelles ont vu le jour

L'honnêteté culinaire m'oblige à vous dire quand même que mon poulet a préféré les tartelettes "nues" parce qu'on sent mieux les mirabelles. Mais moi, je préfère la frangipane aux mirabelles cuites.

30 commentaires:

bergeou a dit…

Elles me donnent très envie ces jolies tartelettes !

Rosa's Yummy Yums a dit…

Des tartelettes délicieuses! Mmmhhh, elles donnent sacrément envie...

laetitialily a dit…

J'en veux une!!!!!!

matylda a dit…

je te pique une tartelette pour étudier de près tes arbres que j'ai survolé pour l'instant !!

Isma a dit…

Un délice !

Mamina a dit…

Moi aussi, je leur mets le ventre en l'air!

paola a dit…

Avant de poursuivre une étude approfondie "des deux interprétations" il me faudra au moins déguster 2 ou 3 de ces merveilleuses tartelettes aux mirabelles de belle maman...
Bises et à bientôt.

Gracianne a dit…

Je prefere la version nue - et la reponse de l'angoissee.
En plus je les trouve assez poetiques ces arbres.

Sonia a dit…

Tes tartelettes me disent plus que tes arbres. La linguistique, ça n'a jamais été mon truc... Mais les tartelettes, c'est d'un chic!

Natalia a dit…

A mi-chemin entre les deux propositions (de tartelettes), on peut opter pour un léger appareil de crème et d'oeufs (comme mon ex belle-mère alsacienne).
J'adore ta démo, j'ignorais tout à fait l'existence de tels schémas d'interprétation. Et je découvre par la même occasion les applications techniques que la linguistique peut avoir dans la "vraie vie". Voilà qui doit t'ôter tout sentiment de non-légitimité face à cette question récurrente : "Et ce que vous faites, ça sert à quoi ?". A chaque fois qu'on me sort un truc de ce genre, je pense à la fameuse scène du film d'Alain Resnais (On connaît la chanson), à Camille est ses chevaliers de l'an mil au lac de Paladru...

Natalia a dit…

Camille ET ses chevaliers de l'an mil, pardon !!

chat bleu | gato azul a dit…

Je préférerais les tartelettes de belle-maman aux mirabelles (car je suis foncièrement paresseuse!) et je les mangerais volontiers avec ou sans frangipane ;-D Juriste-traductrice, je connais bien le syndrome de la suranalyse :-P! C'est comme du space travel!

jimmy a dit…

Je vote pour la version "nue" ou on sent mieux le gout des mirabelles. Donc "Les tartelettes aux mirabelles nues de belle-maman" (la il n'y a pas d'ambiguité ce sont bien les mirabelles qui sont nues et pas belle maman)

marion a dit…

il n'y a pas de possibilité c ? Mirabelles DE belle maman dans la recette de belle maman aussi ????
Moi, pas puriste, ni normande, je prends une moitié de chacune, voir une de chaque, pour juger sur pièces :)

mimosa a dit…

frangipane = mot magique!

guili_guili a dit…

Ohlala, j'adore les tarte à la mirabelle! Celle-ci est magnifique!

stef a dit…

ah la syntaxe!! j'ai également passé des bons moments à faire des arbres!!! mais il me manquait les mini tartelette!!!

la sieste a dit…

Je ne savais pas que des schémas quasi mathématiques servaient à décortiquer la langue! C'est passionnant...Mais presque étrange que le but de tout ça soit si pratique!

Ces questionnements sur le matériau même du langage donnent un vertige assez grisant.

Bon pour les mirabelles, je prends tout, et surtout l'envie de faire de la frangipane un de ces 4.

loukoum°°° a dit…

très chouette façon de nous familiariser avec ton sujet de thèse!
En tous cas pour moi les tartes au mirabelles c'est comme les tartes au quetsches: nature, sans rien pour "gacher" le fruit... ça doit être les habitudes de feignasse lorraine ;)

b comme bon a dit…

Et bien toutes ces explications moi ça me donne faim… alors avec ou sans frangipane je suis preneuse !

San des Frangines a dit…

Ah mon dieu 0_______0
Tu viens de me replonger dans mon dernier travail de français qui date du mois de mars... Linguistique, pragmatique et compagnie, c'est fini pour moi, hourra !!!
Je compatis... courage ;)

Guillemette a dit…

non seulement ces tartelettes sont trop mignonnes, mais en plus elles ont l'air delicieuses (de toutes facons, des qu'il y a de la frangipane...)
j'aime bien des explications : vu comme ca je trouve ca plutot interessant ;o)

samania a dit…

J'opterai pour la version sans frangipane mais connaissant ma moitié ce sera avec pour lui!
Les schémas...euh...je découvre leur existence!

Rose a dit…

Pareil que Samania. Sans frangipane pour moi.
la question qui m'enchantait le plus c'etait: tu veux enseigner alors? Comme si notre futut etait ecrit d'avance.J'aimais plus resoudre l'enigme des texte. Le dit et le non-dit me passionne.

Hilda a dit…

eh bien moi je trouve ca tres interessant (priere de ne pas regarder les accents et autres choses qui manquent, je suis sur un clavier QWERTY) et en plus j'adore les mirabelles et tes tartelettes ont l'air tres allechantes.

Auralyn a dit…

...Les jolies tartelettes! Elles me donnent envie de patisser!

Paul a dit…

Effectivement les tartelettes sont très jolies. Mais je me permettre deux critiques.
Mais avant cela sache que tu as devant toi le spécialiste de la tarte aux mirabelez (plusieurs tonnes de cueilli et des 100aine de tartes réalisé et encore + d'avalés).
Tout d'abord, comme se fait t'il que vivant à Strasbourg tu fasses tes tartes à la masse d'amande (je reviendrai la dessus plus tard). En Alsace, on la fait avec du flan, très peu, mais avec du flan. Et celui-ci doit être très très liquide (donc beaucoup de lait), pour un résultat des plus délicieux, et ne doit recouvrir les fruits qu'au quart. Attention pas la moitié, le quart !
Ensuite la frangipane, c'est plutôt de la masse d'amande que tu fais, en effet le secret est fort bien gardé par une communauté d'artisan qui n'en font que début janvier ... sinon on vous ment ! Un petit conseil en plus ajoute du rhum ce sera encore meilleur, et même quelque raisins blancs de corhinte macéré dedans (mais bon faut en mettre dans la tartes aux mirabelles, faut du flan !)
Voila j'ai dit ce que j'avais à dire, mais t'es quand même une super cuisinière, il fallait juste que je défende l'héritage des tartes de mon père ...
see you

Annellenor a dit…

Pour moi, ce sera la version complète ! Trop gourmande!...
Et je dirais que tu as les as faites et réussies ! ;o)

une lorraine de passage a dit…

Oups! moi qui appréciait ton blog, tu viens de commettre LA faute de goût : les tartes aux mirabelles c'est juste de la pâte à tarte et des mirabelles ... tu viens de te mettre 2 millions de lorrains à dos !!! et surtout, surtout, il ne faut pas écouter les alsacos qui mettent de la migaine partout, ils ne connaissent pas le goût des bonnes choses (faut dire qu'ils savent pas faire pousser les mirabelles la bas !)
Bon vu que le poulet est lorrain, on te pardonnera pour cette fois !
(pour la migaine tu demanderas au poulet, c'est un test pour reconnaitre les vrais lorrains ;-))

Bon courage pour ta thèse et tout le reste

Claire a dit…

Hum, ah oui, une tarte aux mirabelles avec autre chose que des mirabelles, c’est sacrilège... Ma grand-mère doit se retourner dans sa tombe ;-)
Pour ne froisser personne, j’ai fait les deux: une tarte respect des traditions (pâte brisée recette Maman – pas de pâte sucrée, aussi bonne soit-elle!- et mirabelles nues – sans voile de sucre, ce sont des prunes très sucrées!), et tes tartelettes amandine (avec la même pâte brisée, car il m’en restait, c’était plus simple pour cette fois).
Le tout dégusté peu de temps après la sortie du four bien sûr.
Conclusion: même si je reste fan de la simplicité familiale, je dois reconnaître que ta version est délicieuse. D’ailleurs les garçons l’ont préférée. Mais comme tu dis, les mirabelles deviennent un peu anecdotiques, c’est dommage.