mardi 14 août 2007

La bouillie... euh pardon soupe... de riz au poulet (de ma maman)



La première fois que j'ai fait de la bouillie de riz, mon poulet m'a accusée de vouloir l'empoisonner.
Il était malade, et comme j'avais toujours vu mes parents et grands-parents faire dans ces cas-là, j'ai préparé de la bouillie de riz. Nature. Juste du riz et de l'eau.
Je reconnais que pour un palais occidental, cela peut paraître insipide. D'ailleurs, ce jour-là, je n'ai pas réussi à lui en faire avaler une seule cuillérée : il disait que cela ressemblait à de la colle pour papier peint...
Pourtant, la bouillie de riz (zhou ou xi fan) est une préparation tout ce qu'il y a de plus classique en Chine. Quand j'étais petite, j'adorais y verser un peu (beaucoup) de Viandox (oui, ce truc infâme, mais j'en ai envie rien que d'y penser), ou bien on la mangeait avec des petits cornichons (?) marinés, ou des fibres de viande séchée (rou song), bref toutes sortes de choses un peu bizarres, mais c'était délicieux. Pour moi, tout cela avait une saveur un peu rustique (alors que ça ne l'est pas forcément, mais bon, ça me plaisait de m'imaginer dans la campagne chinoise, avec ma veste à fleurs rembourrée et ma simili-casquette de garde rouge, en train de déjeuner parmi les nôtres). Et en écrivant ce billet, je m'aperçois que cela fait une éternité que je n'ai pas mangé de ces choses-là, et que cela me dirait bien, là, tout de suite, un bol de bouillie de riz avec des cornichons marinés, une cuillérée de rou song...
Mais voilà, ce jour-là, ma bouillie était nature, sans accompagnement, et mon poulet n'en a pas voulu.
Depuis, il a découvert que la bouillie de riz existait autrement que nature, qu'elle pouvait être délicate et parfumée, et que si, de surcroît, on la rebaptisait "soupe de riz" (on dit bien "rice soup", alors...), il n'y avait plus aucune raison de lui résister.

Au départ, je n'arrivais pas à obtenir le même goût que la soupe de riz de ma maman. Il manquait quelque chose, mais je n'arrivais pas à savoir quoi...
Et puis, je me suis souvenue : il manquait le gingembre. Un ingrédient indispensable, qui change tout dans cette recette.
Et finalement, ma soupe de riz est comme celle de ma maman.

Soupe de riz au poulet



1 verre de riz, lavé (j'ai pris du riz rond japonais)
1 cuisse de poulet (j'ai pris du poulet fermier)
1 gousse d'ail pressée
1 brin de ciboule, coupé en julienne
2 petites rondelles de gingembre (3-4 mm environ)
qq noix de saint jacques séchées (facultatif, je n'en avais pas)
1 c.s. de vin de riz (Shao Hsing Hua Tiao Chiew)
sel et poivre

Blanchir la cuisse de poulet dans une grande casserole, puis retirer l'eau. Rincer la cuisse dans la casserole.
Ajouter le riz, 1,5 l d'eau froide (filtrée, de préférence), l'ail, le vin de riz, et porter à ébullition, puis laisser cuire à feu doux.
Au bout de 45 minutes, retirer la cuisse de poulet.
Prélever la chair, puis remettre l'os dans la casserole.
Ajouter le gingembre, la ciboule, puis laisser mijoter à couvert au moins 1 heure et demie encore (plus c'est long, meilleur c'est). Rajouter de l'eau en cours de cuisson si nécessaire (il faut que ce soit ni trop épais, ni trop liquide).
A la fin de la cuisson, effilocher la chair de poulet et la mettre dans la soupe.
Saler, poivrer.

Evidemment, cette soupe de riz se réchauffe très bien, et elle est aussi très bonne froide.



******

N.B.1 : Cette recette est pour le jeu de Clairechen "La recette de mon enfance".

N.B.2 : J'ai découvert hier soir que notre ami Jean-Pierre avait joué dans un James Bond. Ca alors !

28 commentaires:

Marmitedecathy a dit…

bouillie ça me parle plus que soupe, ça fait très comfort food, je teste la prochaine fois que j'en ai un de malde à a maison

Rosa's Yummy Yums a dit…

Une bouillie revigorante! Elle ressemble beaucoup au petit-déjeuners que les thaïs mangent...

Bises,

Rosa

Flo a dit…

Je connais bien cette soupe ! Ma maman en fait avec les reste d'une poule au pot, nous avons toujours adoré, même si nous n'étions pas malades! Bizzz

Clairechen a dit…

J'adore ce genre de soupe. J'en mange toujours quand je suis malade... aucune idée pourquoi QUE quand je suis malade, mais cela me réconforte! Tu ne veux pas que je prenne ta recette en compte pour le jeu que j'organise: http://marmiteptitpoint.blogspot.com/2007/07/jeu-la-recette-de-mon-enfance.html

Sonia a dit…

Mmmmh. Il y a de fortes chances pour que ta soupe de riz accompagne mes longues soirées d'hiver. Par ailleurs, je trouve toujours amusantes les incompréhensions culturelles en matière culinaire.

bergeou a dit…

Elle a l'air délicieuse mais je comprends ton poulet quand à la version nature...

Gracianne a dit…

Vive les alicaments chinois.
Il me semble qu'il faut aussi boire de l'eau chaude, sans the, il parait que c'est tres bon pour la sante.

marion a dit…

à priori c'est un chouia long à faire, donc les gênes de feignasse me disent que je n'en ferai pas :)
Par contre, goûter à ta colle à papier peint, pourquoi pas :)

Eleonora a dit…

Alors moi j'ai un peut être un palais occidental mais ça me plait beaucoup, d'ailleurs c'est ce que mange ma grand-mère le soir, c'est une version italienne avec filet d'huile d'olive et parmesan.
Mais je vais essayer la tienne !
A bientôt.

P.S. Fais un coucou à la BNF de ma part !

patoumi a dit…

Alors quand j'étais petite, j'adorais cette bouillie nature avec des oeufs durs et du maggi (ou alors des oeufs de cane salés, peut-être que ça te diras quelque chose), j'aimais bien aussi avec les petits cornichons et de la viande sèchée. Ca fait effectivement un siècle que je n'en ai pas mangé, je crois même que je n'en ai jamais fait...
Mes grands-parents en mangent souvent au p'tit dèj, avec du tofu hyper salé (ça j'aime pas trop par contre...)

loukoum°°° a dit…

Je testerai bien ta soupe ou ta bouillie (aucun mot ne me fait peur^^) par contre le porc séché c'est pas vraiment mon truc, remarque j'ai juste gouté nature comme ça et pas cuisiné...
MRD pour JP :)

Hélène (Cannes) a dit…

Tu sais quoi ? Je viens de voir dans ton profil que tu aimais David Lodge ! Eh bien, ça me met de bonne humeur pour le reste de la journée ! je les ai tous lus et, tiens , pour fêter ça,et puisque personne ne me fera ta soupelette aujourd'hui, je reprends "changement de décor", de Lodge aussi, et je me replonge dedans derrière mes volets clos !
Bises et bonne journée
Hélène

aurélie a dit…

Ouh la, c'est vrai que nature, c'est dur dur là ! Par contre, la version poulet, gingembre, je dis oui sans hésiter...

lena sous le figuier a dit…

Nature, ça me rappelle les maladies enfantines...Elle l'appelait la soupe de soie, y ajoutait un légume en petits dés, carotte en hiver, courgette en été, et une giclée de Maggi.
Ici, c'est avec du parmesan, un zeste de citron et une feuille de livêche.
Je penserai au gingembre la prochaine fois.

la sieste a dit…

Quelle chance de réussir à retrouver le goût de la cuisine de sa mère...Ecoute, je laisse ce commentaire même si pour moi il est d'une infinie tristesse....

hinata a dit…

J'ai découvert ton blog via le commentaire que tu as laissé sur le blog de Marion,il est génial!! Et la musique est très belle.

Annellenor a dit…

J'adore ce genre de soupe, ma version me vient d'une amie vitenamienne, elle y ajoutait de la badiane dans le bouillon ! Et moi, il me faut la manger avec plein plein de verdure !!! ;o)
http://annellenor.canalblog.com/archives/2007/05/15/4931690.html

chat bleu a dit…

Les Portugais la font arômatisée à la menthe... canja. La version de ma mère est faite avec la carcasse de la dinde de Noël, à laquelle elle rajoute herbes de Provence, céleri et tomates. Plus elle est réchauffée, meilleure elle est. Merci pour me faire me rappeler.

Laetitia a dit…

Bonjour,
j'ai découvert ton blog il y a quelques temps déjà. En le parcourant aujourd'hui, je suis tombée sur ce post et cette photo m'a immédiatement transportée dans les parfums de ma propre enfance. Ma maman est vietnamienne et elle nous faisait elle aussi cette soupe lorsque nous étions malades. Mon frère l'appelait la soupe de pneus parce qu'il trouvait qu'elle avait un goût de caoutchouc...

Depuis que je vis loin de ma mère, je fais souvent cette soupe avec grand plaisir en l'agrementant d'ingrédients différents (poulet,poisson, crevette, ciboule...). C'est toujours le même plaisir de la déguster... un parfum d'enfance...Et surtout, elle me fait un bien fou ; elle me réchauffe, me récouforte, m'apaise. Une vraie potion magique.
En tous cas je voulais aussi te féliciter pour ton blog que je trouve "artistiquement" et "littérairement" touchant:)
Bonne continuation,
Laetitia http://laetiailleurs.canalblog.com

emmanuelle a dit…

J'ai fait ta magic rice soup pour le dîner et elle tient ses promesses, quel régal! Avec plein de sauce soja et de ciboulette, miam!!!
J'aime beaucoup ton blog, plein de belles photos très alléchantes, et si agréable à lire (et à écouter)! Pour l'instant j'ai surtout fait tes plats chinois (la soupe d'azukis me sert de petit dèj depuis une bonne semaine!) mais je m'apprête à relever le défi des macarons avec-peu-de-matériel-mais-beaucoup-de-volonté!!!

mingoumango a dit…

Emmanuelle : Je rougis de plaisir... Tes compliments me vont droit au coeur, et me rassurent quant à l'intérêt de mes recettes...
Bon courage pour les macarons, et tiens-moi au courant...

Aurelia a dit…

un complément à la soupe de vermicelle à la soupe

clém a dit…

je viens de tomber sur votre site, rhaaaaaaaaa, il est trop bien! Ca y est je suis fan! Plein plein plein d'informations intéressantes!
Bonne continuation. Merci.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Clem : Merci pour ce compliment si enthousiaste ! Je suis ravie que mon petit univers vous plaise :-)

Insane a dit…

C'est dingue comme une saveur, une odeur, peut vous replonger des années en arrière. Depuis un certain temps j'avais une envie impérieuse de (chiiiiii) xi fan ^^
Quel plaisir de faire ta recette ! C'est comme si une dame aimée à Taiwan me refaisait ce plat.

Merci

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Insane : Une saveur, une odeur peut effectivement replonger très très loin dans le passé. J'ai parfois des images, des sensations qui me reviennent, à cause d'une simple odeur...
Tu as vécu à Taiwan ?

ngol a dit…

aah!! ca me rappelle mon enfance, mon père m'en faisai quand j'étais malade avec du maggi et de la viande séchée, trop trop bon... contente d'avoir trouvé ta recette, je vais pouvoir en refaire, merci.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Ngol : Je crois qu'on est nombreux à avoir ce genre de souvenirs...
J'espère que tu as pu en faire et que c'était réussi.