mercredi 17 mars 2010

Tout ça me tourmente un peu (udon au boeuf épicé)



Un midi, en semaine, il y eut un bol de ramen au kimchi chez Higuma (pendant que j'attendais ma commande, le monsieur de la table voisine s'est tourné vers moi et m'a dit que j'étais jolie, ce qui m'a laissée pantoise - je ne peux même pas dire qu'il a des goûts bizarres, parce que je l'ai entendu dire beaucoup beaucoup de bien de Benjamin Biolay* à la personne qui l'accompagnait, alors bon...).
Un soir où personne ne m'attendait à la maison, c'étaient des ramen aux poireaux pimentés, dans une échoppe de la même rue.
Besoin de chaleur et de piquant.

La même semaine, j'ai partagé un repas japonais délicat et raffiné avec une personne chère, que je regrette de ne pas voir plus souvent. D'ailleurs, c'est à cause d'elle, cette envie subite et irrépressible de ramen.

Et puis, il y eut plein d'autres choses : un sandwich confectionné avec un pain exquis ; deux parts du meilleur flan de la terre (commandées la veille par téléphone sur les bons conseils de Claire, ce qui m'a permis d'esquiver la file d'attente et de passer devant tout le monde - très très jouissif) ; des litres de thé coréen au yuzu ; un déjeuner solitaire dans un lieu très couru de la rue des Martyrs, où j'ai pu apercevoir une dinde écrivaine, entourée de trois autres dindes (et figurez-vous que j'ai recroisé cette même personne trois jours plus tard, à nouveau entourée de dindes) ; un goûter au Loir, où je n'avais plus mis les pieds depuis une éternité (et où il n'y avait plus de tarte à l'orange, mais j'ai pris un "muffins" (sic) aux épices et à l'orange qui s'est révélé délicieux). Et aussi une journée lumineuse avec Claire, qui m'a révélé tout récemment qu'elle avait testé 50 recettes d'ici (waouh ! mais ce n'est rien comparé aux 100 recettes testées chez Loukoum°°°).



Tous ces plaisirs frivoles ne sont sans doute pas très raisonnables quand on sait que la spirale de la lose va reprendre dans trois mois : re-Pôle Emploi, re-petites annonces, re-vaches maigres, re-moral à zéro (si vous voulez des cours de ratage de vie, appelez-moi)...
Ca me tourmente un peu.

La cuisine du quotidien se résume à peu de chose actuellement. Les nouvelles recettes sont rares (mais je tiens tout de même à signaler les orecchiette alla barese, dont vous avez forcément entendu parler, ainsi qu'une salade de chou-fleur et pomme granny fraîche et surprenante).
Et toujours cette envie de nouilles...

Udon au boeuf épicé de Wagamama
(recette tirée de ce livre)


(ma photo est mille fois moins belle que celle du livre, j'en suis accablée)

pour 2 personnes

300 g de nouilles udon (initialement : 200 g)
200 g de rumsteak en lanières
1 c.s. de fécule de maïs
3 c.s. de sauce soja (Kikkoman par ex.) (initialement : 1 c.s.)
2 c.s. d'huile neutre
3 cm de gingembre frais pelé et râpé
4 poignées de feuilles de blette coupées en grosses lanières (initialement : des pousses d'épinards)
2 tiges de ciboule en tronçons de 4 cm
1 petit piment rouge épépiné et finement émincé
2 c.s. d'huile de sésame
1 c.c. de graines de sésame rapidement grillées à sec dans une poêle chaude

Faire cuire les nouilles selon les instructions données sur l'emballage. Les égoutter et les rafraîchir.
Dans un bol, mélanger le boeuf, la fécule et 1 c.c. de sauce soja. Réserver.
Chauffer l'huile (neutre) dans un wok (ou à défaut une sauteuse) et faire cuire le gingembre pendant 30 secondes.
Ajouter le boeuf et faire cuire 2 minutes.
Ajouter les épinards, la ciboule, 1 c.s. d'eau et faire tomber les légumes pendant 1 minute.
Ajouter 2 c.s. de sauce soja et le piment. Goûter et rectifier l'assaisonnement.
Incorporer les nouilles et mélanger intimement (j'adore cette expression !).
Servir arrosé d'huile de sésame et saupoudré de graines de sésame.

******

* Figurez-vous que Benjamin B. n'a eu que 2 victoires de la musique, et que celle de la chanson originale a été remportée par une guimauve dégoulinante innommable. C'est un scandale.

41 commentaires:

nathalie a dit…

et bien... je me souviens de nuits pliée en deux par l'angoisse, à trois mois de rendre une thèse pourtant presque non écrite... De sessions compulsives de cookies et de series télé pour ne plus y penser. Et puis finalement ce qui m'a sauvée c'est de reprendre le bouillon aux boulettes de viande, de réouvrir les fichiers LaTeX qui me terrorisaient par leur vide, et de me concentrer sur un paragraphe à la fois. Tout ça pour dire : profite des trois mois à venir, il sera bien temps de te faire du mouron après...

Laurence a dit…

Bonjour,

Allechant tout cela... Paris me manque quand je lis vos billets.

Passez ces derniers mois a travailler avec ardeur et enthousiasme, ce qui vous donnera au final, si ce n'est un renouvellement eventuel de contrat, tout au moins une lettre d'eloges et de recommandations qui vous sera utile pour postuler a un autre poste... ou pour rester sur les fichiers de votre employeur actuel qui refera appel a vous un jour.

Les reves professionnels se realisent a coups de cours, de concours, de relations publiques, de demarchages, d'affiliations a des associations professionnelles, de methodes indirectes (cours, seminaires) pour rencontrer des gens du metier...J'ai mis un certain temps a le comprendre ou a l'accepter, helas.

J'ai mis des annees a realiser les miens. Puis, soudain, un beau matin, le coup de fil magique, le contrat de mes reves, le passage de la precarite a l'etranger a une certaine aisance bien agreable. Derriere cela, des annees d'efforts... sans lesquelles, souvent, le reve est impossible, et sans lequel on apprecie moins, ensuite, le reve.

Surtout, ne vous decouragez pas. Ca ne sert strictement a rien. Je me permets de vous l'interdire. :-)

Laurence

barbara a dit…

Le Wagamam Cookbook est l'un de mes livres de chevet... C'est ma bible lorsqu'une envie de nouilles se fait sentir !

Courage pour le boulot et à bientôt,

tweet a dit…

Je fais vite (je suis super à la bourre pour aller bosser) mais je plussoie le commentaire de Laurence.

Oui, il y a des mois, des années où la joie et l'angoisse se succèdent sans qu'on puisse en voir la fin (et crois-moi, j'en ai bouffé de la vache enragée, et même qu'une fois par jour pendant pas mal de temps).

Et puis un jour, le cercle, de vicieux, devient vertueux. Il n'est jamais question de vivre comme sur une ligne droite. Et a posteriori, on comprend que ce sont ces tourments qui nous ont rendu(e)s plus vaillant(e)s, plus fort(e)s et plus sûr(e)s de nous.

Cela semble idiot de dire cela comme ça mais... tout finit par arriver. Pas forcément comme on s'y attendait, certes. Mais enfin...

Courage. Ne laisse ni le doute ni le désespoir t'envahir. Ils sont mauvais conseillers.

l'oeuf qui chante a dit…

Tout d'abord, moi je trouve la photo très jolie, et ton assiette me fait penser à celles ravissantes de chez Momoka (je suis tout à fait d'accord avec ton commentaire, la nourriture y est exquise et la vaisselle aussi).
Pour ce qui est de tes "plaisirs frivoles", il me donne très envie de manger plus souvent dehors (Rue des Martyrs, c'était Rose Bakery ?), j'ai tellement d'endroits encore à découvrir, mais je ne suis pas fan de repas (comme de ciné) en solitaire, et comme toi, j'aurais tendance à me culpabiliser après coup (vu mon emploi pas toujours très "stable")...
Je vais faire dans le cliché, et redite par rapport aux autres commentaires, mais profites-en tant que ça dure, ne te laisse pas envahir maintenant par ce tourment, courage ! Profite de ce travail qui te plaît, de tes collègues, de cette expérience, et aussi des petits plaisirs frivoles qu'on peut s'accorder quand on travaille. Il sera bien tant de s'inquiéter plus tard. Une expérience professionnelle, quelle qu'elle soit, est selon moi toujours bénéfique, alors mets celle-ci à profit au maximum pour la suite !
Sinon, un petit mot sur tes dessins toujours si beaux et délicats : William Ledeuil, c'était chez Higuma ? Et ton thé au yuzu, j'en rêve, j'en bave, quelle merveilleuse idée si joliment dessinée :)

Oré @ Vert Avril a dit…

Oh oui, des nouilles! Moi aussi j'en ai envie maintenant! Je vais chercher une recette sur ton blog pour ce soir, tiens!

Mention spéciale pour tes dessins qui sont de plus en plus beaux! Les rendus du verre de jus de fruit et du pot à thé sont superbes!

Véro a dit…

Je viens souvent ici sans toutefois laisser de messages... merci à toi de m'avoir fait découvert Benjamin B., son cd tourne en boucle dans ma voiture chaque jour ( et des kilomêtres j'en fais beaucoup!!!) Merci aussi pour tes billets et tes dessins toujours pleins de charme, continue j'adore...

Gracianne a dit…

Tu fais quoi au mois d'avril?
J'ai encore envie de nouilles, tu n'as pas honte de me mettre un si joli bol sous les yeux? (merci, quand meme, si on allait deguster la version chinoise?).
Tu as deja vu Tampopo?
J'aime le grain de tes dessins. On a envie de passer un doigt dessus.

bergeou a dit…

Allez douce mangue il faut profiter du moment présent, tu auras bien le temps après de déprimer...et puis qui sait peut-être que tu n'auras même pas le temps de souffler et tu rêveras de vacances alors que tu dois travailler ;)c'est ce que je te souhaite en tout cas.

l'oeuf qui chante a dit…

J'ai rien dit pour William Ledeuil ! Je viens de recevoir le Miam, j'ai tout de suite reconnu :)

绮芬 a dit…

Je suis + que jamais fan de tes billets et dessins. :)
Un vrai régal!
Continue à nous mettre l'eau à la bouche pour qu'on aie la bouche pleine.

Grand Chef a dit…

Ah quelle classe, ton bol de nouilles, je peux le faire!

Allez, garde le moral, même si je sais qu'une fin annoncée est toujours rude à gérer...

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Nathalie : Ah, ça aussi, j'ai connu... Mais je n'ai pas été capable de rédiger ma thèse en LaTeX...
Merci pour le réconfort.

Laurence : Justement, ce qui me chagrine, c'est qu'il n'y a quasiment aucun espoir d'embauche après. Et je ne sais pas si je trouverai quelque chose après...
Pour le moment, j'en profite au maximum.

Barbara : Les recettes du livre donnent sacrément envie...

Tweet : Merci d'avoir pris le temps de laisser ce mot d'encouragement. Je suis un peu inquiète, mais pas abattue...

L'oeuf qui chante : Si tu ne veux pas aller manger seule, je peux t'accompagner :-)
Oui, c'est ce que je fais : j'en profite au maximum. Mais je vais regretter ces conditions de travail idéales et ces collègues géniaux (le mot n'est pas trop fort).
J'ai attrapé le Miam un peu machinalement à une caisse du Lafayette Gourmet. La photo était trop belle, mais mon dessin ne lui rend pas hommage...

Oré : Alors, qu'as-tu cuisiné ce soir ? (j'espère que c'était bon)

Vero : Chouette, une fan de plus :->
Merci pour les compliments !

Gracianne : Au mois d'avril, je ne me découvre pas d'un fil :-> (ok, c'est nul). Sérieusement, en avril, je travaille (il y a un projet très important qui va nous prendre du temps).
Oh oui, allons manger du niu rou mian ! :->
Je n'ai pas (encore) vu Tampopo, mais ce n'est pas l'envie qui me manque.

Bergeou : En tout cas, je m'offrirai des vacances dès que je serai de nouveau libre :-)

绮芬 : Merci !

Grand Chef : Je ne trouve pas ce bol de nouilles spécialement classe, mais oui, tu peux le faire :-)
En fait, même si je voulais être déprimée, ce serait difficile : les journées au bureau et la compagnie des collègues me mettent plutôt de bonne humeur... Incroyable, non ?

Anonyme a dit…

Pour les cours de ratage de vie, je crois que tu es trop jeune.
Quand à la photo, elle est presque aussi belle que tes fabuleux dessins.
J'ignore dans quoi tu bosses, mais mon petit doigt me dit que ce n'est pas là que tu voudrais être. Et que tu n'y resteras pas parce que tu as du talent.
Je le pense vraiment. Je bave de jalousie devant tes dessins. C'est un peu comme ça que j'essayais de dessiner il y a quelques années encore.

Mag à l'eau

clquipopotte a dit…

J'adore tout ... Les dessins , les recettes , les p'tits mots , les photos , la vaisselle ... Tout en entier les ballades chez toi !
CLquipopotte♥♥♥

Ali Gâteau a dit…

Je ne connais ni les nouilles Udon ni Wagamama mais ta photo est parfaitement alléchante.

Moi je comprends assez bien ton tourment par contre, tu es dans une position professionnelle inconfortable c'est un fait, et que l'inconfort soit temporaire, que tu doives t'estimer heureuse d'avoir déjà cela etc, ne change rien à l'affaire au fond ;)
Cela étant dit tu accumules de l'expérience à bien des titres, et vu les multiples talents que tu possèdes en effet, je pense comme les autres que tu continueras d'avancer.

Un petit mot sur Benjamin Biolay, je me garderai bien d'en dire du mal mais je pense que son écoute prolongée n'est pas bonne pour la santé; le talent peut-être empoisonné.

Tes dessins sont époustouflants O__O

Sigrid a dit…

Je n'ai pas encore vraiment cuisiné les udon autrement dìque dans le nabé ou en soupe, je vais essayer de tester ça avant de quitter le japon tiens :-))

Sophie a dit…

Je laisse très peu souvent de commentaires sur les blogs de cuisine (alors qu'ils constituent ma lecture principale en fin de journée). En tout cas je suis fan du tiens pour les recettes, l'écriture, l'esthétique, et tes dessins!!! Et question "ratage" c'est une vision de la société.... Pour certains passer une thèse en est déjà un (encore étudiant à 30 ans ???). De mon point de vue on passe par tellement d'épreuves en thèse qu'on est capable de tout après !!! La peur du vide c'est peut être qu'on n'a pas assez eu le temps de ne RIEN faire pendant toutes ces années. Bon courage !

Cécile a dit…

Je comprends parfaitement ce que tu ressens, ces inquiétudes me paraissent légitimes et je crois qu'elles sont d'autant plus grandes en effet que tu as conscience de ce que tu vas perdre (c'est peut-être un poil moins "difficile" quand on laisse derrière soi des conditions de travail pénibles et des collègues que l'on a "subis".). C'est aussi une question de caractère, je suis à peu près sûre que tu tentes de te "raisonner", en vain.Ma situation est différente mais, après 8 mois de dispo., j'ai l'impression parfois que je ne saurai plus jamais enseigner (ni supporter de me retrouver dans une salle des profs (!!)) et j'en conçois une appréhension.
Je pense cependant que cette première expérience professionnelle va probablement être décisive pour la suite et je n'imagine pas la suite comme la lose...
Je crois à des lendemains heureux, je te le souhaite très fort en tous cas.

l'oeuf qui chante a dit…

C'est gentil, j'accepte la proposition avec plaisir :)
Oh, et c'est vrai que la photo du Miam est sublime, mais je te trouve très dure avec tes dessins ! Tu es douée, c'est indéniable.

loukoum°°° a dit…

Contre les tourments je suggère une solution: prévoir un week end à Paris avec Patoumi... Non?
On réserverait aussi des parts du meilleur flan du monde chez PH, je n'y suis jamais allée mais j'avoue que l'idée d'y aller pour la première fois en zappant la file d'attente me parait en effet très enivrante :)
PS: c'est qui les dindes?

Je commence mon nouveau stage lundi, j'aurai à partir de là plein de temps (le luxe!) pour te donner enfin quelques nouvelles!

Bisous

Mlle d'enfer(t) a dit…

Je suis passée ici comme souvent, en toute discrétion, pour repartir la pupille dilatée par le plaisir, la gourmandise en bandoulière et voilà que je laisse un mot comme un encouragement... Une façon inconséquente de soutenir une inconnue :)

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Mag à l'eau : Merci pour les encouragements !
Ce travail me plaît, j'apprécie beaucoup mes collègues et mes conditions de travail, je sais que j'aurai du mal à trouver mieux. Mais bon, c'est la vie.
Pourquoi ne dessines-tu plus ?

Clquipopotte : Merci merci merci :-)

Ali Gâteau : Je ne suis jamais allée chez Wagamama, mais j'aime beaucoup leurs recettes de nouilles.
Je n'écoute pas que Benjamin Biolay, je te rassure. D'ailleurs, ce que j'écoute en ce moment me met plutôt de bonne humeur :-)

Sigrid : Quelle chance, je t'envie...

Sophie : Ah oui, être encore étudiant à 30 ans, c'est un signe de lose absolue pour beaucoup...
Mais c'est vrai qu'après avoir vécu les affres de la thèse, on peut affronter beaucoup de choses...

Cécile : Je me fais une raison, et je profite du moment présent.
Ayant un peu enseigné pendant mes années de thèse, je te comprends aussi. J'imagine que le changement de vie et l'expatriation n'aident pas... Mais je ne doute pas de ta capacité à surmonter cette appréhension.

L'oeuf qui chante : Merci, j'accepte le compliment :-)

Loukoum°°° : Oh oui, quand est-ce que vous venez ?
Tu ne devines pas qui est LA dinde écrivaine ?

Mlle d'enfer(t) : Tous les messages de soutien me touchent, merci d'avoir pris le temps de laisser un mot :-)

Le citron a dit…

Que ton post me rends mélancolique, moi qui te lis pour échapper quelques minutes à ma spirale de la loose.

Ne t'inquiètes pas, quand les choses vont plutôt mal, elles ne peuvent que s'arranger. Et que celui qui me contredit m'envoie une boite d'antidépresseurs! Na !

Comme toujours tes dessins sont superbes !

Camille a dit…

Mingou, même si tu ne te découvres pas d'un fil et qu'en plus tu as du travail, je viens à Paris. J'aimerais bien te voir cette fois-ci ! sinon je reviendrai en mai, (j'ai très envie de faire des allers-retours à la capitale) et en juin (pour les oraux - moins drôle)
J'ai pensé à toi en buvant du thé au Loir, il y a quelques temps

Claire a dit…

Mmmh, c’était aussi bon que ta photo est belle (donc super bon! ;-)
(et je découvre grâce à toi l’expression "faire tomber les légumes", ça m’a bien fait rire! :-)

Anonyme a dit…

Chef Damien

chefdamien@750g.com

Bonjour,

Nous faisons un tour de France des blogueurs région par région.

Nous aimerions que votre blog apparaisse sur ces portraits de régions.

Pouvez vous nous contacter en précisant votre région.

En vous remerciant par avance.

Vanessa a dit…

J'arrive en retard comme le lapin blanc dans Alice. Merci pour tes beaux dessins et cette recette magnifique. Ça doit être dur de savoir que ce monde de travail si bien va finir bientôt - quel dommage qu'il n'y a pas de possibilité d'embauche après. Ce qui compte maintenant, c'est d'en profiter et de faire de bonnes choses. Tu n'es sûrement pas une loser tu sais, moi j'avais l'impression de ne jamais être à la hauteur mais finalement j'ai compris qu'il y a tant de gens qui croient en moi et cela m'aide beaucoup. Tu es si douée!

loukoum°°° a dit…

Je viens quand tu veux :)
Faut qu'on s'arrange avec Patoumi mais j'ai déjà hâte... ahh un week end parisien...

Sinon je pense à pas mal de dinde écrivain... Je pense à quelques noms cités par Patoumi (dans la catégorie dinde pas dans la catégorie "à dévorer")

loukoum°°° a dit…

Et si en plus on peut voir Camille, que demander de plus?

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Le citron : Quelle spirale de la lose...?
J'espère que pour toi aussi, les choses vont s'arranger. Courage.

Camille : Si tu viens à Paris, j'espère bien te voir cette fois-ci. Dis-moi quand, et je m'arrangerai pour être disponible.

Claire : Ouf, je suis soulagée de savoir que cette recette a le label "testé et approuvé par Claire" ;-)

Chef Damien : Il suffit de lire un peu ce blog pour avoir la réponse...

Vanessa : Merci Vanessa ! C'est vrai que ça aide de savoir que les autres croient en toi...

Loukoum°°° : Oui, il faut qu'on se coordonne avec P...
En revanche, je ne suis pas sûre qu'on puisse voir Camille en même temps...

Liliy Gnocchi a dit…

Oh zut, Mingou... Profite bien des 3 mois alors et j'espère que ta lose durera pas trop longtemps!
Moi j'espère commencer un stage de 3 mois le 1er avril, ensuite je te rejoindrai au club des lettres de motiv... Arf...
Faut garder courage! La vie doit bien nous réserver quelque chose! ;)

Linou a dit…

on va tous ce cotiser pour te payer un cours de positivisme.
Tu vas trouver du boulot, on croit en toi.

(les chéchés) a dit…

je vois, des dessins très chouettes qui donnent envie d'arrêter la confiture si les pots ne sont pas au crayon de couleur. des photos douces et alléchantes. des pensées pas très roses pour l'avenir, mais des mots réconfortants de tout ce petit monde qui croit en demoiselle mingou... alors un peu de temps pour te dire que je croise les doigts moi aussi! il y a bien une place, une douillette où les gens apprécieront les cookies, les nouilles brûlantes et les cheesecakes au citron, tout à fait indispensables pour réussir dans la linguistique!
des bises!

patoumi a dit…

Bon, on fixe une date genre fin juin-début juillet?
Don't worry Mingou, tous ces talents ne peuvent se perdre!

Camille a dit…

Alors, tout dépend de G. pour mon passage en avril, et puis je serai aussi à Paris fin juin-début juillet, pour passer les oraux d'agreg (donc prendre un thé avec vous toutes dans un chouette endroit me plairait beaucoup)

LaureVR a dit…

je sens qu'il y aura plein de monde à Paris fin juin début juillet ;-)

Lors de mon dernier passage, j'ai mangé une tarte au citron meringuée incroyable au Loir dans la théière. Et mon filleul de 6 ans a a-do-ré le thé à la cannelle...

Et puis je préfère les dessins aux photos je pense... pourtant, j'aimais déjà bien les photos! ;-)

...et le meilleur flan patissier ne vient pas de PH mais de Strasbourg ;-)

L.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Liliy Gnocchi : Merci et bon courage à toi aussi :-)

Linou : J'espère que tu as raison.

Les Chéchés : Reste à trouver cette place...
J'espère que tout va bien de ton côté.

Patoumi : Il y a du nouveau, je vous tiens au courant :-)

Camille : On trouvera un moment pour se voir en avril, c'est sûr. Mais en juin, c'est plus incertain. D'autant qu'il y a du nouveau, alors je ne peux rien promettre pour le moment.

LaureVR : Ca me ravit :-)
Cette tarte au citron est phénoménale, mais je n'ai jamais osé la prendre (because la meringue géante).
Pour le flan, ça se discute, mais c'est vrai qu'à Strasbourg, le flan pâtissier est exceptionnel :->

loukoum°°° a dit…

Du nouveau? Genre un nouveau sac?
(te lire, lire les commentaires, les adresses et tout... ça me donne tant envie de Paris!)

Anonyme a dit…

Recette testée à midi. Délicieux! "A refaire" m'a-t-on dit :-) Merci beaucoup d'avoir partagé cette recette.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Loukoum°°° : Tu as l'esprit mal placé ;-)
(Paris, c'est pour bientôt !)

Anonyme : Ravie ! Je l'ai déjà refaite, et je sais que je la referai encore !