dimanche 25 avril 2010

Je rêve d'un printemps définitif (salade de poulet au yuzu kosho)



Un vendredi soir, chez Momoka (oui, encore). J'avais envie de faire découvrir à D. la cuisine raffinée et inspirée de Masayo Hashimoto. Comme elle venait de finir le premier jet de sa thèse (!!!), il y avait de quoi fêter. Et ce fut un repas de fête, tant au niveau des saveurs (la daurade crue accompagnée de suprêmes de pamplemousse nous a éblouies, mais le saumon, fondant à souhait, ou la farandole de légumes tiennent également leurs promesses ; même le petit bol de riz, parfaitement cuit et assaisonné, et surmonté d'une rondelle de racine de lotus frite, est dément !) que de l'humeur euphorique du moment. Quel plaisir de voir que toutes ces heures de soutien psychologique ont porté leurs fruits (amis thésards, ne vous découragez jamais !).

Quelques jours plus tard, j'ai quitté le bureau un peu plus tôt que d'habitude pour ma pause déjeuner. J'ai cavalé pour aller rejoindre deux amies avec lesquelles je partage en ce moment cette obsession pour les niu rou mian (牛肉面 soupe de nouilles au boeuf). C'est donc tout naturellement aux Pâtes Vivantes que je les ai retrouvées. Un moment bien trop court, où papoter tout en slurpant proprement ses nouilles (interminables) s'est avéré acrobatique*. Je ne vous révélerai rien de la discussion, ni de l'échange de denrées exotiques qui eut lieu lors de ce repas, mais sachez que le bol de soupe de nouilles pimentée au boeuf (红汤牛肉辣面 hong tang niu rou la mian) y est fabuleux : des nouilles maison épaisses et chewy, un bouillon incroyablement parfumé et savoureux, des ingrédients dosés avec justesse. Tellement bon que j'y ai repensé toute la semaine (et que j'y ai emmené mon poulet quatre jours plus tard).



Ne pas s'en faire.
C'est ce que j'ai appris ces dernières semaines. Les événements, un jour défavorables, peuvent prendre une tournure positive le lendemain (et inversement). Alors, je reste raisonnablement confiante. Pour le moment, il reste tant de choses à découvrir et à apprendre encore...
Pour tout vous dire, les vraies difficultés sont ailleurs : diversifier un peu les gâteaux pour le tea time, trouver une date qui convienne à tout le monde pour faire une pause déjeuner tout canard (allons-nous être obligés d'organiser un doodle pour cela ?).
Pour le reste, j'aime les échanges d'adresses gourmandes et de commentaires gastronomiques avec M., les discussions avec le développeur de l'Internet, notamment quand il partage ses coups de coeur vidéo (voyez ce petit bijou - avec le son ! -, un film magnifiquement réalisé et d'une poésie extraordinaire) et quand il raconte comment le cousin de son papa, qui habite juste au-dessus d'une célèbre plage de Nouvelle-Zélande, prêta ses toilettes à Holly Hunter et à l'équipe lors du tournage de La leçon de piano (quel rapport avec la vidéo d'Alex Roman ? Cherchez bien).

Pour finir, quelques images d'un samedi lumineux, où je me serais PRESQUE crue au Japon le temps d'une balade** (pour en savoir plus, cliquer sur les photos).




















C'est mon tonton breton qui m'a appris - par téléphone - à faire un poulet rôti. Mais je n'ai pas le droit de divulguer sa recette, et de toute façon, ça n'intéresserait pas grand monde : je suppose que chacun a déjà la sienne, de recette.
Ce que je préfère dans le poulet rôti, je crois, ce sont les roast potatoes crousti-fondantes qui l'accompagnent, le jus, qui va divinement bien avec les coquillettes, et les restes, qui font de fabuleux sandwiches et salades.

Salade de poulet au yuzu kosho (d'après She who eats)



C'est très simple. Il vous faut des restes de poulet rôti, de l'oignon rouge finement émincé, de la salade verte (mizuna, mâche, batavia, ou autre), des noix de cajou concassées, et ce que vous voulez.
Pour la sauce, mélangez 1 c.c. de yuzu kosho, le jus d'un demi citron, 2 c.s. d'huile d'olive, salez et poivrez. N'oubliez pas - comme moi, par exemple - que le yuzu kosho contient du piment, alors allez-y mollo au début : vous pourrez toujours en rajouter un peu s'il n'y en a pas assez.

******

* Ma technique : cuillère dans la main gauche, baguettes dans la main droite (l'inverse pour les gauchers). Saisir une ou deux nouilles qu'on soulève et qu'on dépose dans la cuillère. Si les nouilles sont trop longues, couper ce qui dépasse en serrant très fort du bout des baguettes (geste requérant de la pratique, je le reconnais). Plonger la cuillère dans le bouillon en faisant attention à ne pas perdre les nouilles. Ajouter avec les baguettes une lamelle de viande, quelques herbes. Ouvrir grand la bouche et déguster.

** Merci Caroline.

39 commentaires:

Camille a dit…

Gracianne a raison, il faut absolument que tu voies cet extrait de Tampopo où le maître caresse la surface de la soupe avec ses baguettes. ça correspond tout à fait à ton dessin, le respect absolu de la nourriture. (ça ravive des souvenirs émus) (et me donne trop envie de tenter de faire ces nouilles)(à défaut de savoir les manger efficacement :)
Il m'arrive parfois de faire un poulet dans le seul but d'avoir des restes, j'éprouve une sympathie totale pour ta salade.

arrosoir a dit…

ça fait deux fois que j'entends parler du jardin Albert khan en une semaine alors que je vis depuis bientôt 16 ans à paris...il va falloir remédier à cette lacune très vite.
Quand à mes papilles, de bon matin, tu les as mis en éveil !

Natalia a dit…

Billet appétissant et propos d'une jeune femme presque sereine, bravo Mingou ! Les restos japonais de qualité sont introuvables à Poitiers. Sniff. J'adore les jardins du Musée Albert Kahn...

Artsakountala (Caroline) a dit…

Entre les cartons et le boulot, je trouve quand-même le temps de jeter un coup d'oeil sur ton blog que j'aime tant ! Je suis contente d'avoir inspiré cette jolie balade aux jardins AK. Le coeur serré devant tant de beauté qui fait jaillir comme un chagrin d'enfance ... comme je te l'écrivais, c'est étonnant (en tout cas, pour ma part) ce sentiment mêlé que suggère ce que l'on trouve beau. C'est à ce point intense par moments que je me refuse d'écouter certains morceaux, comme le concerto n°23 de Mozart, le concerto d'Elgar (interprété par Jacqueline Dupré, pour ceux qui aiment la grosse voix du violoncelle) ou encore Jeff Buckley ou Antony & The Johnsons. Et je ne sais pourquoi, je fais un lien avec la mort - ouh la la, je deviens sinistre ... mais je poursuis quand-même l'idée - je me dis que c'est ce morceau de musique que j'aimerais que ceux que j'aime écoute en pensant à moi ou que c'est telle image ou tel paysage que j'aimerais voir avant de quitter ce monde.
Avec plus de temps, je lirai attentivement ta recette qui m'a l'air d'être succulente !
Comme dit Natalia, BRAVO Mingou !

Artsakountala a dit…

écouteNT. Ouh, la honte!

Shlo a dit…

Des niu rou man comme à Taïwan ? j'en veux <3 d'ailleurs j'ai pas fait attention, mais à Taïwan on slurpe pas les nouilles ? façon bourrin japonais pour pas se foutre de la soupe partout ?

et de la bouffe jap ! je suis rentrée, j'ai besoin d'une dose régulière de nipponisation pour survivre T_T merci pour toutes tes adresses !

Linou a dit…

ça fait du bien le printemps et les bains de soleil.

Sophie a dit…

Toujours aussi agréable de te lire :))) Concernant les pâtes vivantes, j'ai pas aimé, ça doit être le côté chewy que tu décris si bien. J'attends avec impatience de lire tes prochains essais de tea time même si j'apprécie de découvrir tes recettes d'Asie familiales. Amitiés.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Camille : Bon, il va falloir que je me procure rapidement ce film. La description de Gracianne donne envie...

Arrosoir : Le jardin japonais du Musée Albert Kahn est ravissant. Certes pas comparable aux sublimes jardins qu'on peut voir au Japon, mais la balade y est très agréable.

Natalia : Tout va mieux en ce moment. J'essaie de rester confiante et de prendre le bon côté des choses.
Bouh pour l'absence de bon resto japonais à Poitiers :-(

Caroline : Merci de m'avoir parlé du jardin, j'en avais vaguement entendu parler mais je n'y étais jamais allée. Cette balade nous a rappelé des souvenirs du Japon...

Shlo : Je ne sais pas si c'est comme à Taïwan (mes souvenirs taïwanais sont bien trop vieux), il faut demander à Gracianne.
Je crois que les Taïwanais slurpent leurs nouilles, mais j'aime bien manger les nouilles à la cuillère selon la méthode décrite : ça permet d'avoir un peu de tout à chaque bouchée.
Je n'étais pas restée à Vienne aussi longtemps que toi au Japon, mais je me souviens que le retour avait été très très très difficile et déprimant. Je te comprends très bien...

Linou : Oui, ça fait du bien de voir le printemps venir après cet hiver si long...

Sophie : Merci !
Dommage que tu n'aimes pas la texture chewy de ces nouilles, parce qu'elles sont vraiment excellentes. J'adore leur aspect irrégulier aussi. Mais bon, les goûts, ça ne se discute pas.
Pour les tea times, je puise beaucoup dans mon stock de recettes sucrées, mais ce serait bien que j'innove un peu (c'est ce que j'ai fait avec les madeleines).
Bises.

bergeou a dit…

ça fait plaisir de lire un billet si enjoué et plein de bonnes choses, recette, dessins, photos...un joli moment de bonheur...

Le citron a dit…

C'est dommage que tu ne partages pas cette recette de poulet... Car moi je n'en ai pas.. bou... En tout cas merci de partager tout le reste !

clquipopotte a dit…

Un p'tit truc pour toi chez moi ...
http://clquipopotte.wordpress.com/2010/04/27/240/
CLquipopotte♥♥♥

l'oeuf qui chante a dit…

D'abord, merci ! Pour ce joli billet, ce très beau dessin, cette recette appétissante, ces photos qui me rappellent une délicieuse balade au Jardin Kahn (j'ai hâte d'y retourner !) l'été dernier avec une amie juste retrouvée. Et puis aussi pour toutes ces adresses parisiennes que je ne connais pas et qui me font très envie (mon amoureux a complètement craqué sur "Le petit canard", notre prochain resto en amoureux je pense).
En ce qui concerne la recette, ce yuzu kosho m'intrigue drôlement, tu as trouvé ça chez Kioko ? Je me souviens aussi de ce délicat dessin de thé coréen au yuzu, j'en rêve (non non, je ne suis pas accro au yuzu du tout...).
Je suis contente de voir que l'ambiance est toujours aussi bonne à ton travail, et je confirme, le développeur a très bon goût. J'ai regardé la vidéo, comme hypnotisée, et à un moment, je me suis dit : "tiens, ça me rappelle la scène du lever de soleil de "Bienvenue à Gattaca"", pour entendre deux secondes plus tard la musique du film, que j'adore ! D'ailleurs, le rapport avec "La leçon de piano", ce ne serait pas Michael Nyman par hasard ?
Plein de courage à toi, pour garder le moral et aussi pour diversifier les gâteaux :)

loukoum°°° a dit…

Encore deux adresses parisiennes sur ma liste, ça devient intenable: il va falloir que j'y passe 15 jours avec toutes les bonnes adresses que tu distilles deci delà!
A bientôt!

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Bergeou : Merci !

Le citron : Ah, mais il y a des tas de recettes de poulet rôti partout : chez Loukoum°°°, Patoumi, Camille (Greshka & Camille), pour ne citer qu'elles.

Clquipopotte : Merci d'avoir pensé à moi :-) Ca fait une éternité que je n'ai pas participé à ce genre de jeu, mais il me semble que je livre déjà beaucoup de choses personnelles ici ;-)

L'oeuf qui chante : Merci merci !
Si tout se passe bien, nous irons au Petit Canard dans une semaine (nous avons enfin réussi à fixer une date !).
J'ai trouvé le yuzu kosho chez Issé Workshop, et le thé coréen au yuzu au K-Mart, au début de la rue Sainte Anne (les thés coréens en pots sont juste en face des daifuku :-)).
L'ambiance au travail est toujours aussi bonne, j'ai la chance d'être dans une équipe très cool. Je parle beaucoup du développeur de l'internet tout simplement parce qu'il est assis juste à côté de moi et que le contact en est du coup facilité. Et aussi parce que ce qu'il fait m'intéresse. Et qu'on fait nos courses au même endroit le soir après le boulot (on s'y croise régulièrement). Mais je n'ai pas encore beaucoup évoqué F., dont le papa est boulanger, et qui est fan de Cookie Monster et des BD où il y a des canards-chevaliers. Ni C., qui va partir vivre en Chine bientôt.
Je n'ai pas vu "Bienvenue à Gattaca", mais le développeur de l'Internet a justement évoqué ce film quand il nous a envoyé la vidéo. Et pour "La leçon de piano", tu as vu juste :-)

Loukoum°°° : Paris est une source inépuisable. En plus, je suis en train de découvrir de nouveaux quartiers actuellement (autour du bureau).
Pour Momoka, le service du midi est très différent de celui du soir. Le soir, tu n'as le choix qu'entre trois menus de dégustation, dont le moins cher est à 39 euros (c'est ce que j'ai pris). Ce n'est pas donné, mais tu vois, c'était tellement bon que la prochaine fois, j'essaierais bien le menu au-dessus...
En tout cas, on pourra y aller ensemble avec P., si ça te dit :-)

Mélanie a dit…

Merci pour le partage des photos, ça donne envie et merci pour la recette qui a l'air délicieuse, comme toujours?

patoumi a dit…

Ah moi aussi j'adore Cookie Monster! (quand j'avais cinq ans, mes parents m'ont inscrite à un cours d'anglais où je détonnais un peu parce qu'il n'y avait que des enfants très riches mais la prof était extra et on apprenait l'anglais à partir de 1, Sesame street. J'aimais trop)
Ma question: est-ce que Momoka est meilleur que Guilo Guilo?
Sinon, je trouve que dans ce billet, tu as l'air heureuse, et j'en suis ravie.

melodream a dit…

ton enthousiasme me réconforte, ça fait tellement de bien de lire un billet enjoué !
j'adore toujours autant tes dessins si sensibles

loukoum°°° a dit…

Je vais où tu veux avec toi et P. (où que se soit se sera bien)
Plein de bisous!

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Mélanie : Merci :-)

Patoumi : Me love cookies ! (pas bon pour apprendre l'anglais correctement, ça ;-))
On ne peut vraiment comparer Momoka à Guilo Guilo, ce n'est pas la même catégorie. Chez Momoka, c'est beau, raffiné et on se régale, mais il y a un côté "artisanal" et ça reste simple (ce n'est pas péjoratif !), alors qu'à Guilo Guilo, c'est plus artistique et expérimental. Plus surprenant. On y va pour le spectacle et l'exploration gustative. Mais peut-être que les super menus du soir chez Momoka se rapprochent un peu de ça...?
L'idéal serait qu'on fasse les deux ensemble, mais ce serait ruineux.

Melodream : Merci, ça fait plaisir (même si je sais à quel point mes dessins sont horribles d'un point de vue technique).

Loukoum°°° : Ce qui est sûr, c'est qu'on ira au moins à l'un des deux. Et j'espère que ça ne vous décevra pas comme l'année dernière...
Bisous et bons déjeuners sur l'herbe !

sooishi a dit…

oh une recette de she who eats,
C'est elle qui m'a donné envie de commencer à blogguer!
Cette salade a l'air divine:)

Bon week-end

Artsakountala a dit…

Je viens de m'apercevoir du clin d'oeil fait à BB !

Chrystel a dit…

Quel joli billet.. Merci pour Momoka, tu me donnes drôlement envie d'y aller!!! Le resto des pâtes aussi (qui n'est pas loin de chez moi..). Où se trouve le resto Guilo guilo dont tu parles?
Merci.....;-)

Gracianne a dit…

J'ai vraiment aime les deux. Momoka est plus subtil bien sur - quoique artisanal, comme tu le dis, simple en apparence - mais le bol de niu rou mian est une merveille. Au contraire de Sophie, j'aime beaucoup les nouilles chewy comme ca, et ce bouillon si parfume. Tout est dans le bouillon. Vraiment une reussite.

Merci pour ces petites plages de bonheur, toujours trop courtes, mais qui me donnent l'impression de faire l'ecole buissonniere lors de trop rares pauses dejeuner.

@Shlo: mes souvenirs sont anciens, mais il me semble qu'a Taiwan on slurpait pas mal les pates en effet. En tout cas je n'ai jamais appris a les manger aussi delicatement que Mlle Mingou.

l'oeuf qui chante a dit…

Merci pour les adresses japonaises ; je ne connaissais pas Issé Workshop, mais leur site internet m'a fait baver... J'ai hâte d'avoir un peu de temps pour aller y jeter un œil ! Oh, et j'aime beaucoup aussi le cookie monster, je me suis même acheté un t-shirt à son effigie il y a peu (c'est la part de moi qui voudrait rester enfant, ça).

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Sooishi : Oui, ça faisait presque un an que je voulais faire sa salade avec le yuzu kosho...
Son blog est sublimissime, j'en reste bouche bée à chaque fois que je vais la lire...

Caroline : Hé hé ! Je suis très très excitée et émue à l'idée de retourner le voir dans 4 jours (mazette !).

Chrystel : Je te conseille Momoka, mais attention parce que c'est vraiment un micro resto (il vaut mieux réserver). Par ailleurs, le service est parfois un peu brusque, mais bon, il en faudrait plus pour me gâcher mon plaisir...
Guilo Guilo se trouve au 8, rue Garreau, dans le 18ème, près du métro Abbesses. Il est indispensable de réserver, et ce n'est pas donné...

Gracianne : Moi, j'adore les deux, qu'on ne peut de toute façon pas comparer.
Pour moi aussi, c'est toujours trop court, mais je serai toujours partante pour qu'on fasse des pauses déjeuners ensemble.
Au fait, j'ai vu l'extrait de Tampopo : c'est excellent ! J'ai trouvé la scène très drôle (surtout quand le maître parle de montrer son affection en caressant la soupe :-)).

L'oeuf qui chante : Je ne connais que le Issé Workshop Saint Germain. Le monsieur qui le tient est un personnage fabuleux, super aimable, et à l'enthousiasme communicatif. J'ai adoré quand il nous a fait goûter - puis offert - son tofu homemade avec de la sauce ponzu, lors de notre toute première visite.

Edda a dit…

C'est toujours spécial ici, délicat. J'adore tes illustrations je trouve que ça a encore plus d'impact que les photos peut-être parce que nous vivons dans un monde de photos?
Puis j'apprécie ces saveurs "exotiques" et surtout la toute dernière phase de la recette ;-)
Bonne journée

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

A lire chez l'une ou l'autre des allusions à ces pâtes, cela suscite immanquablement la curiosité, mais je n'aurais sûrement pas la même dextérité que toi pour les manger !
Même sensations de gourmandise avec le poulet rôti, mêmes usages des restes, le bouillon en plus, toujours. Parce que je suis plus risotto que niu rou mian ! En même temps c'ets parce que je ne connais pas...

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Edda : Oh merci ! Je suis très honorée de tes visites :-)
C'est vrai qu'il y a de plus en plus de photos partout, du coup, j'essaie de proposer autre chose... mais ça reste très amateur.

Tiuscha : Il y a mille façons de manger ces nouilles, moi j'aime bien avec la cuillère parce que ça permet d'avoir un peu de tout à chaque bouchée (je me répète...).
Mais justement : j'ai aussi fait du bouillon avec la carcasse du poulet ! Que j'ai congelé pour un usage ultérieur (c'est une manie chez moi).
Tu verrais en Asie comme les gens plébiscitent les soupes de nouilles comme "street food" (c'est tellement meilleur que nos sandwiches).

Artsakountala a dit…

Dans l'attente de ta prochaine rencontre : http://www.europe1.fr/Musique/EXCLU-Sur-la-route-d-un-concert-avec-Biolay-18904/ !

Cécile a dit…

Et ce concert, alors? Au-delà ou en-deçà de tes attentes? J'ai vu pas mal de concerts, mais jamais deux concerts d'une même tournée, je serais contente de connaître tes impressions.
En espérant que le moral demeure bon,
à bientôt.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Artsakountala : Merci beaucoup pour le lien ! (surtout que je n'écoute pas la radio, donc je passe certainement à côté de beaucoup de choses...)

Cécile : Alors, c'était particulier, parce que nous étions très bien placés (2ème rang dans la fosse, quasiment au milieu, une fille de petite taille devant moi), et avons pu apprécier pleinement le concert, mais pendant la dernière partie, trois filles ont surgi de nulle part en bousculant tout le monde sur leur passage et ont atterri juste derrière nous. Elles n'ont pas arrêté de s'agiter bruyamment... ça nous a pas mal gâché le plaisir, idem pour tous ceux qui étaient autour d'elles. On a eu une vive altercation (si je les revois, JE LES BUTE).
Bon sinon, le concert était filmé, j'ai l'impression que c'était plus "cadré", et il n'y avait plus l'effet de surprise, mais B.B. était fantastique, forcément :-)

Cécile a dit…

Oh,je compatis, sincèrement. J'ai vécu une situation similaire (avec la même envie de meurtre à la clef), je comprends que cela ait gâché en partie votre plaisir, et je trouve cela navrant. Tu as bien fait de l'"ouvrir", je suis tjs effarée par la résignation ou le manque de courage des gens qui supportent sans mot dire. Je déteste l'incivilité, sous quelque forme qu'elle se présente. Mais, bien-sûr, je suis surtout désolée pour vous.
Tu étais au 2° rang, il se pourrait bien qu'on t'aperçoive dans le film?!
Merci pour tes impressions, belle semaine à toi!

Artsakountala a dit…

Ben, j'suis nulle ... le concert est déjà passé. Tant pis, le lien sera en guise de souvenir.
J'en ai vu aussi des filles qui ont un pois chiche à la place du cerveau (clog clog), quasi en transe quand elles voient "Benjamiiiiiiiiinnn" (ça fait passer à un fameux P.), prêtes à se jeter sur lui et à envoyer leur petite culotte, et qui ont le don de m'agacer. Absolument aucune dignité devant le beau gosse qu'il est. Moi, suis sûre qu'il les méprise en plus ;-) En tout cas, t'as bien fait de jouer des coudes.
Dans l'attente de lire ton prochain post avec des gourmandises, des pensées et de si beaux dessins.
C.

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Cécile : Oui, cette absence de réaction des gens derrière moi m'a presque autant affligée que le comportement de ces filles. Je ne comprends pas qu'on puisse se laisser éjecter de la sorte sans broncher.
Hum hum... à vrai dire, je ne tiens pas particulièrement à figurer dans le futur DVD...
Semaine calme au travail (les chefs sont absents), j'espère trouver le temps de faire un cheesecake, de lire et de griffonner un peu...

Artsakountala : Merci quand même :-)
Alors, en plus de ces c*nn*sses, j'ai aussi vu des minettes qui ne se déplacent qu'en troupeaux, et une fille qui lui a balancé une culotte rouge sur le visage. Mais où va-t-on ?
En tout cas, je n'aurais jamais pu rester là sans réagir, ne serait-ce que par principe.

Pas très rapide ni très inspirée ces derniers temps... mais ça va venir (disons dans la semaine).

J'espère que tout va bien pour toi.

Artsakountala a dit…

Le compte à rebours est lancé : J-7 ... patience, patience ...

Pour moi, ça va (merci !), même s'il faut que je m'acclimate à mon nouveau "chez moi" qui ne me ressemble pas encore. Patience, patience, là encore ...

Bises !

Paprikas a dit…

Comme d'habitude tes billets sont pour moi comme une poésie (sérieusement) :)
Je laisse très très peu de commentaire mais je suis de près quand même :)

Mlle d'enfer(t) a dit…

Ainsi la poésie se cuisine tout autant que la gourmandise se conjugue à l'inconditionnel... Tu as un talent: celui de donner à éprouver, à ressentir. C'est une composante essentielle de l'Art (gastronomique, plastique, lyrique, d'aimer...!), enfin... à mon sens...!

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Artsakountala : Bonne installation ! J'espère que tu auras rapidement un beau et nouveau four :-)

Paprikas : Merci !
Pareil pour moi !

Mlle d'enfer(t) : Ca, c'est un compliment qui me touche beaucoup. Merci !